Philippines

Les articles ci dessous sont publiés du plus récent au plus ancien.


Dernière étape à Coron !

Il est 7h30 du matin, l’agence de bateau vient nous chercher à l’hôtel pour nous emmener au port d’El Nido.

 

Le truc, c’est que c’est une moto soudée à un bac en ferraille alors que nous sommes 4 avec Mick et Léa et tous nos sacs.

On laisse donc partir les filles avec les sacs et Mick et moi nous y rendons à pieds. Arrivés au port, aucun signe des filles mais au bout de 5minutes nous les voyons arriver poussant la moto. Trop fort, le mec est tombé en panne d’essence alors qu’il n’y avait qu’un kilomètre !

 

A 8h, nous embarquons, nous nous installons sur le toit du bateau, c’est parti pour 7h de traversée direction Coron.

 

En plein soleil nous cuisons mais la vue est belle, nous passons près de petites îles dont certaines ont des plages vraiment magnifiques, sable blanc et cocotiers. Par ci par là en mer des bandes d’eau turquoise rendent la vue splendide.

Nous arrivons sur Coron, une grosse galère pour trouver un hôtel, tout est rempli, il nous a fallu 5h pour en trouver une.

 

Mais finalement nous sommes bien tombés, nous en avons trouvés une reculée dans une ruelle, montée sur pilotis, pas chère avec la douche dans la chambre et surtout une cuisine. Quel plaisir de pouvoir se faire soi-même à manger.

 

 

Coron comme toutes les autres villes jusqu’à maintenant, hormis Port Barton, n’a rien d’exceptionnelle,

ce sont les alentours qui valent le détour.


Nous avons fait deux excursions en bateau.

Tout comme El nido, nous avons visités des lagons, mais aussi des lacs au milieu des petites îles en mer.

 

Et ce qui est exceptionnel avec ces lacs c’est que la formation rocheuse formant des pointes que l’on peut voir sur les îles de Palawan,

continuent sous l’eau sur plusieurs dizaines de mètres, formant comme des falaises qui chutent dans les profondeurs du lac.

 

C’est comme si le monde avait été renversé. Impressionnant à voir !

 

Nous avons l’impression de voler ! Le haut, les premiers mètres sous la surface, les falaises sont bien éclairées par le soleil, puis elles deviennent de plus en plus foncées, jusqu’à disparaître dans le noir obscure des profondeurs.  


Nous avons aussi fait des arrêts snorkling (masque et tuba), tous différents les uns des autres.

 

En premier le Coral garden qui comme son nom l’indique est une zone à corail. Certains coraux sont des boules jaunes, d’autres forment des branches dont les bouts sont bleus. Au milieu de ces coraux, nous avons croisés quelques familles de poissons clown, ne s’éloignant jamais trop loin de leur anémone.

 

Pour la première fois, nous voyons comme un roseau de mer, des sortes de plumeaux blancs se balançant avec les va et vient du courant.  



Le deuxième spot de snorkling était une épave de bateau  Chinois,

qui a coulé suite à un bombardement durant la seconde guerre mondiale.

 

Intéressant à voir, une première pour nous, l’épave rouillée repose sur le sable au fond de la mer, des coraux se sont formés sur la coque et les poissons gravitent tout autour, ce qui lui donne beaucoup de charme.

 

Le bateau est à plusieurs mètres de profondeur, au début je pensais qu’il n’y avait que l’avant mais en plongeant en apnée, on voit

que l’armature continue dans le noir des profondeurs !

Le troisième spot était en pleine mer, dans un banc d’eau bleu turquoise.

 

Juste avant de s’arrêter depuis le bateau nous avons aperçus une tortue. Ni une ni deux, avec Waza et Nica nous revenons sur nos pas avec masque et tuba à sa recherche. Et ça a payé !

 

Alors que nous venons de quitter une zone à corail, nageant au-dessus d’une plaine de sable dans laquelle poussent des herbes de mer, nous tombons tout d’un coup nez à nez avec elle.

 

Elle est magnifique, les rayons du soleil à travers la surface de l’eau rayonnent sur sa carapace. Nous la suivons pendant un bon temps jusqu’à ce qu’elle disparaisse au-dessus d’une nouvelle zone de corail. Mais ces coraux étant trop proches de la surface nous ne nous risquons pas à la suivre sur ce chemin.

 

Mais après dix minutes, elle réapparait de nulle part, nous nous remettons à nager derrière elle. Nous adorons les tortues, elles nagent avec une telle grâce, battant lentement des nageoires, elles dégagent une telle sérénité !

 

Puis elle disparaît de nouveau, nous rentrons donc au bateau dont nous nous étions bien éloignés et qui nous attendait.

 

Les coraux étaient très beaux mais la tortue leur a volée toute notre attention.

Le reste du temps, nous l’avons passé à la piscine en compagnie de Nica et des autres Québécois et Belges rencontrés.

 

Dans la nuit du 31, nous avons eu la superbe chance d’assister à une éclipse lunaire, qui ne s’est pas produite depuis 1866 !

 

Il s’agit de l’alignement de la terre avec la lune et le soleil. Ce spectacle n’était pas visible de partout dans le monde, nous avons étés très chanceux étant dans la meilleure partie du globe pour l’observer !

 

Cela a duré une heure, tout le monde dans la rue avait la tête levée vers le ciel pour admirer cette lune bleu de sang, c’était incroyable, la lune qui était une heure plus tôt totalement blanche est devenu petit à petit rouge orangée puis petit à petit est redevenue blanche!

Un peu triste que notre visa approche déjà à sa fin, nous embarquons sur un ferry,

dont les couchettes sont extérieures pour un retour à Manille, via une traversée de 18h.

 

Nous quittons le Port de Coron sous un très beau couché de soleil !

 

Nous passons ensuite notre dernière nuit dans la capitale des Philippines puis embarquons pour Taïwan !

 

Nous avons adorés les Philippines !

 

Les paysages étaient à couper le souffle, un paradis sur terre !

Les habitants sont adorables, toujours un grand sourire aux lèvres !

 

Philippines, nous reviendrons ! Il nous reste des milliers de tes îles à visiter !


A El Nido, tout est trop beau !

Nous quittons malgré nous Port Barton, direction El Nido en compagnie de Mick et Léa à nouveau à bord d'un petit van.

 

4h de trajet à travers de magnifiques paysages, l'ile de Palawan est vraiment jolie. La petite ville d'El Nido n'a rien d'exceptionnelle, elle n'est pas vraiment belle, la magie d'El Nido se trouve sur toute ses petites îles environnantes.

 

Du coup, nous passons directement à la description de ces paradis sur terre, ou plutôt sur mer.

 

Notre première expédition se fait en kayak.

 

Nous avons pagayés jusqu'à l'ile de Cadlao en face d'El Nido, que nous avons longés toute la journée, faisant des pauses par ci, par là sur des petites plages désertes.

L'ile est vraiment magnifique couverte de végétation verte pétante, au milieu de l'eau turquoise.

 

A certains endroits, l'eau est bleu comme le bleu d'un glacier que l'on pourrait qualifier de bleu néon, c'est à peine croyable comment la nature peut créer de telles couleurs !

 

A d'autres endroits l'eau est transparente, donnant l'impression que nous faisons du kayak sur une plaque en verre, plaque en verre à travers laquelle nous pouvons observer les coraux.

 

Sur cette île, les singes et les varans que nous avons eus la chance de croiser vivent en toute tranquillité.


Le décor est vraiment magique, il est difficile pour nous de vous le décrire avec des mots, ça paraît irréel.

 

Une grande partie de cette magie vient des couleurs, dans cette eau bleu se dressent des parois rocheuses grises creusées au niveau du bas par l'érosion pour ensuite laisser place à la végétation en tout genre, vraiment une masse touffue verte, le tout sous un ciel bleu pétant parsemé par ci par là de quelques nuages blancs purs tels de petites boules de cotons.

 

Les photos parleront mieux que nous dans cet article.

En fin d'après-midi nous poussons nos kayaks jusqu'au lagon « Ubugon Cove » qui fût la consécration de cette journée.

 

(Lagon = étendue d’eau marine séparée du large par un récif corallien, il peut être de forme circulaire comme linéaire.)

Dans ce lagon, pas une seule vague, un endroit vraiment calme, nous sommes entourés de pics rocheux à la formation étonnante, telles de grandes dents pointues pointant droit vers le ciel. Derrière ces pics rocheux, la végétation reprend de plus belle sur les

collines de l'ile.

 

A notre arrivée, il y a quelques bateaux de touristes qui très rapidement disparaissent chacun leur tour, jusqu'à nous laisser seuls dans un silence apaisant.

 

L'eau plus belle et plus transparente que jamais est à température idéale, le sable au fond est blanc ...

 

...le paradis sur terre existe peut être bel et bien !

D'ailleurs, la clarté de l'eau, nous a permis d'observer à la perfection une raie Léopard noire et blanche qui faisait des allers retours, près de l'unique petite plage du lagon.

 

Mais comme on dit, toute bonne chose à une fin, il est l'heure de partir si nous ne voulons pas nous retrouver coincés en pleine mer en pleine nuit.

 

Difficile de quitter cet endroit, mais même la fin de cette découverte est géniale, puisqu'en sortant de ce lagon que nous laissons vide, nous croisons la route d'une tortue qui remonte sa petite tête à la surface à 2 mètres de nous.

Quelle parfaite journée, de tous mes voyages depuis mon enfance, ce sont les plus beaux paysages marins que nous avons vu.

 

L'aller s'est passée tellement vite, subjugués par la beauté des lieux, que nous n'avions pas réalisés la distance depuis El Nido.

Au final, il y avait quand même une bonne distance, il nous aura fallu pagayer une bonne heure et demi pour rentrer, autant vous dire que physiquement nous étions mort, mais heureusement le splendide couché de soleil plongeant le ciel dans le orange nous a mentalement bien aidé.

 

A peine arrivés à El Nido, la nuit tombe, timing parfait, quelle magnifique journée !

Notre deuxième expédition s'est faite en excursion bateau.

 

Nous sommes partis à 9h du matin de la plage d'El Nido qui était sur bondée de touristes qui comme nous, attendaient leur bateau,

ça commence fort ! Nous quittons le port dans une forte odeur d'essence, je sens qu'aujourd'hui pour profiter, il va falloir faire abstraction du tourisme de masse.

 

Et effectivement, première étape décevante, nous nous arrêtons sur la plage « 7 Commando », une aire de touristes, pour vous dire, il est interdit de faire du snorkling à cause du nombre de bateau amarrés les uns collés aux autres.

 

Plage sans aucun intérêt, heureusement qu'il y avait un panier de basket accroché à un cocotier, donnez moi un ballon et je serai le plus heureux des gamins.

 Heureusement, la deuxième étape remonte le niveau, nous arrivons au Small lagoon (le petit lagon).

 

En arrivant, toujours autant de bateau, il y a même un homme en barque qui défile parmi eux pour vendre soda et bière.

Mais heureusement, l'attraction se trouve un peu plus loin.   A la nage nous nous enfonçons dans le serpentin du lagon où les bateaux ne peuvent accéder à l'intérieur, dû à la petitesse de l'entrée.

 

Et là, nous en prenons pleins les yeux. Encore une fois une eau turquoise aux pieds de pics rocheux pointant vers le ciel et habités par une végétation plus clairsemée que d'habitude. On se croirait dans un décor de film !

 

Pour rentrer au bateau, deux jeunes Philippines me ramènent à bord de leur kayak qu'elles ont louées, petit moment rigolo.

 

Nous attendons Amandine qui prenant son temps est la dernière à remonter sur le bateau, puis nous nous rendons à la plage pour manger le repas du midi.

 

Mais une fois de plus, en arrivant, la plage est full, nous mangeons donc sur le bateau.

 

Mais bon, l'équipage se fait très vite pardonner, le repas préparé est un festin.

 

Au menu : crabe, crevette, moules, poulet et poisson avec du riz. Des assiettes de crudités, et pour finir de la pastèque et de l'ananas.

 

Très bon repas sur une eau transparente à travers laquelle nous voyons les petits poissons attirés par les miettes tombant du bateau. 

 Le tour reprend, direction le "secret lagoon", qui au final n'a rien de secret, une petite grotte à ciel ouvert remplie d'eau claire, devant laquelle les touristes font la queue pour rentrer et sortir.

 

Face à cette autoroute à touristes, je décide de rester dans le bateau faire une sieste de digestion, mais Amandine par sa curiosité a quand même été voir, revenant déçue du secret lagoon, mais ayant eu un coup de cœur pour la plage juste à côté, se trouvant derrière les rochers.

 

Voici son passage : "Personne ne prend la peine de venir voir de l'autre côté, je me retrouve donc presque seule sur une plage magnifique. Une eau encore une fois transparente qui vient se jeter sur un sable bien blanc. Les rochers gris et leurs végétations bien vertes sont en arrière plan. La plage est remplie de cocotiers et de bois flottant ce qui rajoute encore plus de douceur à l'endroit ! Incroyable que personne ne prenne la peine de faire 5 mètre de plus pour venir voir ! C'est l'une des plus belle plage que j'ai vue !".  

Nous finissons ensuite notre journée bateau en nous rendant à la dernière étape le « Big lagoon » (le gros lagon, facile à traduire !).

 

Le deuxième point qui vaut la peine dans l'excursion avec le « small lagoon » de ce matin.

 

Comme son nom l'indique, ce lagon est impressionnant de par sa taille. Il est immense, nous décidons donc de louer un kayak pour le découvrir.

 

Au milieu du lagon où l'eau est profonde, sa couleur est plus bleu foncée, mais en se rapprochant de la rive, l'eau devient de plus en plus claire, laissant apparaître les fonds recouverts de coraux et de nombreux oursins aux longs pics noirs avec un petit point orange en leur milieu.


Ce qui fait du bien dans ce lagon, c'est qu'il est tellement grand qu'avec les autres touristes nous nous retrouvons éparpillés et nous sentons un peu plus seuls.

 

Les contours de ce lagon nous font penser, même si nous n'y avons jamais été à la baie d'Halong, de par ses sommets rocheux recouverts de végétation. A certains endroits la végétation descend au niveau de l'eau, laissant tremper quelques branches et

racines.

 

Dans ce grand lagon il y a deux bras qui se séparent du corps principal, un premier long serpentant au milieu des rochers dont l'eau est  clairement bleue turquoise, qui se termine dans les mangroves.

 

Ce coin est le plus beau au point de vu des couleurs, encore une fois le mélange de l'eau turquoise, de la pierre grise, de la végétation verte c'est magnifique.

D'ailleurs nous ne sommes pas les seuls à être tombés sous le charme de ce petit coin, puisqu'une émission de télé (survivor) a choisie ce petit endroit pour installer une de ses épreuves, un parcours du combattant au dessus de cette eau paradisiaque.

 

Pour la petite anecdote, la 7eme édition de koh lanta s'est tournée ici près de El Nido, au final pas vraiment coupés du monde, mais en tout cas ils ne choisissent pas n'importe quel endroit.

 Le second petit bras emmène dans un bassin d'eau transparente, cette fois ci bien nature et très tranquille, nous nous retrouvons tout seul et décidons de rester un petit moment pour profiter du silence de ces lieux.

 

Ici encore pas besoin de masque, nous voyons absolument tout ce qui se passe sous notre kayak.

 

A la fin de notre visite nous sommes les derniers à quitter le lagon, nous nous rendons alors compte de l'immensité de cette merveille de la nature.

 

Un très joli lagon pour finir la journée comme il se doit !  

 Anecdote : Une fois de plus, nous avons fait une superbe rencontre grâce à notre page Facebook.

 

Un couple de français, le cœur sur la main qui vivent leur vie au paradis. Myriam et son copain Max, voyant sur notre page que nous étions à El Nido, nous ont donnés rendez-vous pour manger ensemble. Nous les retrouvons dans un restaurant accompagnés de

Mick et Léa.

 

Ayant lu que nous étions en manque de nourriture française, Myriam sans même nous connaître nous a ramenée un sac de nourriture avec du pain, de la confiture faite maison confectionné par elle même, une plaquette de chocolat et pleins de petits sachets de thé, incroyable !

 

Nous passons un super repas ensemble et finissons autour d'une bière dans le jardin de notre guest House.

 

Le lendemain, ils nous invitent à dîner chez eux, dans leur bungalow sur la plage (et oui, on vous a dit qu'ils vivaient au paradis !). Cela fait bizarre de se faire inviter chez des français, c'est comme aller dîner chez nos amis en France, souvenirs !

 

Et là attention aux papilles, ça ne rigole plus, Myriam et Max nous ont gâtés : petit Ricard en apéritif accompagné d'un velouté au

potiron noix de coco et graine de sésame, super bon, super frais. Suivie de pomme de terres recouvertes de MORBIER fondu (Oui monsieur !) accompagné d'un plateau de charcuterie, chorizo, copa (Oui madame !) suivi de pâtes sauce aux truffes, le tout en dégustant un excellant vin rouge (Oui monsieur, oui madame !).

 

Super repas qui se fini autour d'un chocolat chaud Poulain. Autant vous dire que ce fut un festin, et que notre ventre et nos papilles étaient au paradis culinaire, alors que physiquement nous nous trouvions dans un paradis planétaire.

 

Pour conclure la soirée en beauté, Max et Myriam ont emmenés Waza, Mick et Léa sur leur paddle observer les planctons dans la mer au pieds de chez eux, pendant que moi me reposait de cet orgasme culinaire mais aussi de ma tourista qui me travaille depuis quelques jours, je laisse donc la fin de cet article à Amandine pour vous d'écrire ce moment :

 

" Max de son calme olympique m'emmena en plein milieu de la mer avec son paddle, une fois que nous étions éloignés de toute pollution lumineuse, nous avons pu voir des milliers de planctons. A chacun de nos mouvements dans l'eau une trainée de paillettes

de couleur blanche-bleu nous suivait c'était juste magnifique ! Je m’amusais donc à plonger mes mains dans l'eau pour que ces petites merveilles s'illuminent. C'est la première fois que je voyais ça de mes propres yeux, j'étais toute excitée comme une enfant ! " 

 

Une très belle soirée, un grand merci à Myriam et Max qui ont rendus notre séjour à El Nido encore plus beau,

nous vous souhaitons une bonne vie au paradis !

 

De gauche à droite : Mick, Léa, Max, Myriam et moi
De gauche à droite : Mick, Léa, Max, Myriam et moi

Port Barton, la joie de vivre incarnée

Nous prenons un petit van au départ de Puerto Princessa. Un trajet de magnifique durant 4 heures, une des plus belles routes depuis le début de notre voyage !

 

Sous un ciel bleu pétant, nous roulons au milieu des rizières vertes fluo dans lesquelles par ci par là des buffles pataugent.

Sur le dos de ces buffles recouvert de boue sèche, des oiseaux blancs aux becs jaunes se laissent transporter. Le décor est vert, très vert, il y a beaucoup de végétation ! Des milliers de cocotiers ! D’ailleurs jusqu’à présent je n’avais jamais vu autant de cocotiers en une journée ! C’est dingue, il y en a de partout ! Certains montent droit vers le ciel, d’autres se tordent à la recherche de lumière, avant de pointer à leur tour vers le ciel formant un angle. Il y a aussi des centaines et centaines de bananiers !

 

Au loin, derrière les rizières, de petites montagnes se dressent, elles aussi, recouvertes de végétation. 

Nous traversons quelques petits villages, dont les maisons sont faites de bois, et de bambous tressés.

 

Même si certains de ces villages ne comptent que quelques maisons, il y a à chaque fois une petite église bien entretenue, parfois peinte en jaune, parfois peinte en bleu. Mais pas que !

 

A chaque village, aux Philippines, ce que vous êtes sure de trouver, c’est un terrain de basket ! Oui un terrain de basket !

Nous étions agréablement surpris de voir que le basket est le sport favori aux Philippines ! Tout le monde y joue ! Enfants comme adultes ! Les terrains sont occupés du matin au soir ! Par la suite, nous apprendrons qu’ils sont fan de NBA, et il n’est pas rare d’ailleurs de voir sur les écrans Tv chez les Philippins, des matchs de NBA ! 


Dans la cour en terre battue de ces maisons, des cochons se prélassent allongés sur le côté, des poules courent un peu partout au milieu des canards, les coqs eux sont fièrement perchés sur des perchoirs en bois en forme de T.

 

Les gamins s’amusent avec ce qu’ils ont, se courant après, se battant avec des bous de bois, jouant avec des bouteilles en plastique sous le regard amusés des femmes qui s’occupent de la cour, du linge et du séchage de riz.

 

Les hommes eux sont aux champs, labourant les rizières à l’aide de leurs buffles. Certains coupent des bambous par ci par là, cueillent des noix de cocos montant aux sommets des cocotiers pieds nus, d’autres sont en plein réparations mécaniques …

 

Puis nous quittons le bitume, pour finir la route, durant une vingtaine de minutes sur un sentier boueux, glissant, et creusé par le passage des véhicules et la pluie. 

Après 4h à observer les yeux grands ouvert le paysage défiler à travers la vitre du van, nous arrivons à Port Barton !

 

Des notre arrivée, nous sommes enchantés par le lieu !

 

Pas de bitume ici, les rues sont en terre battue, elles aussi parfois creusées par la pluie. Le village est vert, il y a encore beaucoup de végétation.

 

Le véhicule nous dépose sur le terrain de basket au centre de la ville. Les gamins courent de partout autour de nous !

Commence alors les « Hello !!! How are you ?!! » et les coucou de la main de tout ces petits enfants super mignons !

 

D’ailleurs si un jour vous décidez de venir à Port Barton, munissez vous de votre plus grand sourire, ici les gens sont adorables, tout le monde vous sourie, tout les gamins vous saluent, certains vous tendent la main en demandant un « give me 5 » !

 

Super ambiance dans ce petit village où tout le monde se connaît dans laquelle nous sommes restés coincés 2 semaines !  

Commence ensuite notre recherche de logement.

 

Nous trouvons un hôtel très rapidement qui donne directement sur la plage pour 500 pesos, une très bonne affaire.

Mais malheureusement la chambre est blindée d'humidité, c'est limite irrespirable. Surtout que quasiment partout dans le village l'électricité ne s'active qu'à partir de 18h jusqu'à minuit donc dur dur la nuit sans ventilo dans cette humidité.

 

Le lendemain nous décidons de changer de guest house pour finir au Love Inn guest house, dans une charmante famille, dont la maman était au petit soin avec nous, nous préparant parfois le matin des empanadas au poulet avec des bananes !

 

 Mais le changement d’hôtel ne s’est pas fait si simplement, voici une petite anecdote : 

Après avoir changés de guesthouse, nous allons nous balader mais pendant la balade Waza se rend rend compte qu’elle a

oubliée son téléphone sur le lit de la première guest house.

 

Par acquis de conscience nous allons quand même vérifier dans nos affaires avant, mais rien, de toute façon elle est sûre d’elle, elle se voit le poser sur le lit, et ne pas le reprendre. 

 

Nous retournons donc à cette première guest House. La dame nous donne les clés en nous disant d'aller vérifier car elle n'a pas encore nettoyée la chambre.

 

Mais rien, le téléphone n’est pas là, par contre c’est bizarre, la chambre n’est plus dans l’état qu’on l’avait laissée. Ce n'est pas possible, elle se souvient bien de l'avoir laissé sur le lit.

 

Commence alors une mission de 2h. Nous comprenons que la gérante nous a volé son téléphone, son attitude est étrange, et une vieille dame près d’elle n’arrête pas de lui parler avec une tête qui exprimait « Allez, vas-y rends leur leur téléphone. »

 

N'ayant pas de police ici, je suis obligé d'aller au centre de tourisme dans le centre du village près du terrain de basket pour faxer une plainte à la police de Puerto Princessa. Quand à Waza, elle reste plantée devant la guest House. Une bonne partie du village se réunit devant aussi d’ailleurs. Vous connaissez Waza, elle commence à s’exciter, le spectacle est lancé ! Elle comprend alors par les gestes et l'intonation de plusieurs personnes qui lui disent de le lui rendre. Mais rien.

 

Ma plainte étant prête, il envoie l’homme à tout faire du village chercher Amandine et la gérante dans le but d’attendre des nouvelles de la police.

 

Mais la gérante, voyant que la police allait finalement être mis au courant, abandonne et finalement après deux heures de lutte, elle finie par nous redonner le téléphone, accusant son fils trisomique.

 

Je trouve ça tellement désolant, nous savons très bien que ce n'est pas lui, mais bref, nous avons récupéré notre téléphone !

 

Nous apprendrons plus tard par l'office de tourisme que ce n'était pas une vraie guest House, elle n'est pas déclarée.

Du coup, si un jour vous allez à Port Barton et tombez dans la « Emma’s GuestHouse » méfiez vous !

 

Bref, à part cette petite aventure, ces 15 jours à Port Barton étaient paradisiaque !

 

Ce petit village en bord de mer à tant à offrir !

 

Un matin nous avons loués un kayak et sommes partis en mer. On nous avait parlés de la White beach, un peu plus loin en longeant la cote. Une belle plage certes, bordée par les cocotiers, mais dont le sable n’est pas si blanc que ça, son nom est plus pour attirer les touristes !

 

Sur cette plage, nous voyons un homme pieds nus, sans protection, grimper tout en haut d'un cocotier pour couper les noix de cocos à la machette, c'est impressionnant la hauteur à laquelle il monte, pas peur le gars ! 

 Nous repartons après une petite pause baignade sur cette fameuse plage à bord de notre super kayak !

 

L’eau est magnifique, changeant de couleur en fonction de la profondeur, passant de transparent, à bleu turquoise, à bleu normal.

 

 Au loin, des mangroves se disputent le paysage avec de nombreuses petites iles, sortant de nulle part, en forme de carapace de tortues, des îles dont le bas est une bande rocheuse grise ensuite recouvert d’une épaisse végétation. Très joli !

 

En pleine mer, il y a des endroits où il n'y a quasiment pas d'eau, la couleur de l'eau y est tellement claire que nous pouvons voir ce qu'il se passe sous nos pieds. Depuis le kayak, nous voyons le sable, les coraux et … de très belles étoiles de mer !

 

Et oui, de grosses étoiles de mer orange/brune avec des petits pics noir. C’est splendide, nous nous retrouvons comme dans un rêve entourés d'innombrables étoiles de mer. Le courant est faible, nous pouvons descendre du kayak et les observer de plus près. 

En continuant notre expédition, nous décidons de faire un dernier arrêt sur une plage qui se trouve entre Port Barton et la White beach. Nous l'avons surnommée la "Coconut beach" de par ses centaines et centaines de cocotiers bordant la plage.

 

Ici, nous nous retrouvons seuls au monde. Pas un seul touriste !

 

En plus, grande surprise pour nous, elle est remplie de superbes coquillages que nous prenons plaisir à ramasser toute l'après-midi. Et oui, comme d’habitude, nous aimons alourdir notre sac !

  

Franchement, cette journée kayak restera gravée dans nos mémoires, les paysages étaient splendides, les couleurs éclatantes, et c’est la première fois que nous avons fait du kayak sur la mer ! 

Un autre jour nous sommes partis en direction de la jungle.

 

Nous marchons durant 1h30 dans une végétation verte et dense pour enfin arriver à la cascade Pamuayan.

 

Une cascade qui vaut vraiment le détour !

 

Pour y accéder, le chemin se termine remontant une rivière qu’il faut d’ailleurs à plusieurs reprises traverser.

 

La chute d'eau est plutôt haute se déversant dans une piscine d'eau. Le tout, dans un cadre naturel magnifique.

 

Nous sommes subjugués par la beauté du lieu ! Ni une ni deux, nous nous jetons à l’eau et nous baignons dans ce décor de jungle, entourés d’arbre et de rochers. 

Nous avons également passés une journée en excursion bateau.

 

Alors, nous sommes mitigés sur cette sortie. Dans la théorie, les îles que nous avons vu sont belles, l’eau toujours autant magnifique. Mais c’était une attraction très touristique, une autoroute à touriste qui déçoit je dois le dire, alors je ne vais pas m’attarder sur cette

journée.

 

De plus, le masque et tuba n’était pas fou, les fonds marins n’étaient pas exceptionnelle, contrairement aux futures sorties que nous avons fait sur El Nido ou Coron qu’on vous racontera dans les prochains articles !

 

Voici tout de même une petite photo d’une tortue croisée l’après midi.

Notre programme de Port Barton s'est donc partagé entre baignade à la mer, kayak, cascade, balade dans la jungle et détente.

 

Ici on ne s'ennuie pas ! On vit au rythme des îles, se laissant guider par les envies du moment !

 

Ayant adorés notre petite plage aux cocotiers, nous décidons d'y retourner une après midi à pied. Sur le chemin, je manque de marcher à nouveau sur un serpent qui s'empressa de disparaître dans les hautes herbes. Un peu plus tard, un Philippin passant par la à moto, nous prend avec lui pour nous déposer à la plage. Incroyable leur agilité à 3 sur une seule moto sur ces chemin boueux et escarpés ! 

La chose que nous avons adorée ici, c’est l’ambiance du village comme je le disais en début d’article, mais surtout le soir !

 

Et oui, pour un petit village, il y a une forte activité nocturne dans une ambiance familiale !

 

Tous les soirs il y avait un match de basket qui réunit tout le monde. Les philippins sont à fond dedans ! Des match disputant l’équipe de Port Barton contre les villages alentours ! Les supporters sont à fond, et chaque soir, nous avons l’impression qu’une finale se joue ! Ce qui est dingue c'est que tous les soirs il y a toujours autant de monde et la foule est toujours surexcitée !

  

A la tombée de la nuit, il y a pleins de petits stand de jeux d'argent qui ouvrent, attirant beaucoup de monde, pas seulement les adultes, mais aussi beaucoup d'enfant qui viennent jouer leur petites pièces comme des grands ! Certains n’ont que 5 ans, mais ils jouent !

 

D’ailleurs, tous les soirs, j’allais jouer quelques pesos !

Une très bonne ambiance, dans la fumée des barbecues de brochettes de viandes, de poissons et de maïs. 


Nous avons vraiment eu un coup de cœur pour ce petit village de bord de mer.

 

Port barton, c'est un village où il fait bon vivre.

 

D'ailleurs, la plupart des personnes que nous avons rencontrés ne devaient rester que quelques jours mais au final y sont restés plusieurs semaines, plusieurs mois, voir ne sont jamais repartis et s'y sont installés !

 

Si vous cherchez la tranquillité et la joie de vivre nous vous le conseillons vivement !  

Petite anecdote : Pour la première fois du voyage, notre page Facebook nous a permis de faire une belle rencontre : un couple de Français, Mick et Léa nous suivant sur internet et arrivant à Port Barton nous proposent de se rencontrer. Au top, nous leur donnons rendez-vous dans un petit bar sur la plage !

 

Une bonne rencontre avec ce couple qui partage nos valeurs du voyage, nous passons donc la semaine restante en leur compagnie sur Port Barton et poursuivons notre voyage avec eux à El Nido, puis Coron ( les deux articles à venir ).

 

Autre anecdote : Un soir avec Mick, nous décidons de jouer au basket avec les gamins du village, un très bon moment avec ces petits Philippins qui se faisaient un plaisir de nous mettre à la ramasse. Un plaisir moins partagé par mes pieds nus sur le bitume qui au bout d'une bonne heure se retrouvent avec d'énormes ampoules ! Et oui contrairement à eux nous ne sommes pas aussi agile pour jouer en tongs ! 


Arrivée aux philippines, le pays aux 7 641 îles.

Article écrit par Amandine :

 

 Nous décollons d'Ho chi min au Vietnam pour les Philippines en passant par notre lonnnngue escale à Kuala Lumpur.

 

 C'est en début de matinée que nous arrivons sur Manille, la capitale des Philippines. Fatigués et ne s'étant pas vraiment renseignés sur quelles îles aller, nous décidons de rester une nuit sur Manille.

 

 Nous demandons aux taxis de l’aéroport le prix pour nous rendre dans le "quartier backpacker" qui se nomme Malate que nous avions trouvé sur des blogs de voyage. Mais en les questionnant ce sont des sommes astronomiques qu'ils nous demandent (1900 pesos = 32€) alors que nous avions vu sur internet que ça ne devrait pas dépasser les 800 pesos.

 

Ce n'est pas grave, les rois de la débrouille sont là ahah !

Nous prenons un bus pour nous rendre dans le centre de Manille puis prenons le métro jusqu'à Malate.

 

Arrivés là-bas nous posons les sacs et Antoine part chercher un hôtel. Il part une première fois pendant 30 minutes mais revient bredouille. Il repart une deuxième fois durant 45 min. Cette fois ci il en a trouvé un pour 800 pesos. Le seul qu'il a trouvé à un prix raisonnable. Nous tombons un peu de haut car nous avions lu que c'était un quartier backpacker qui ne l'est en fait pas du tout. Nous trouvons finalement une chambre au "Lovely moon" pour 400 pesos mais nous nous rendons vite compte que c'est en fait un hôtel de passe. Ça ira pour une nuit. 

 

Manille n'a rien de vraiment très attrayant, la ville est grise, les rues sont encombrées de véhicules …

Nous remarquons ici qu’il y a beaucoup de gens vivant dans la rue, beaucoup de mendiants et de sans abris, ce qui nous changent après des pays comme la Thaïlande ou le Vietnam. Bref nous ne nous attarderons pas plus ici.  

Le lendemain nous décidons de quitter l’île de Manille pour aller sur Palawan.

 

En vérité, nous n’avons aucun plan, et un ami croisé en Thaïlande nous avait parlé de Port Barton, sur Palawan, alors c’est parti, nous allons essayer de nous y rendre !

 

Nous prenons un taxi pour l'aéroport sans avoir nos billets d'avion à défaut d'avoir eu internet depuis notre arrivée (et oui, la wifi dans un hôtel de passe n’est pas vraiment la priorité de la clientèle apparemment !).

 

Nous checkons les vols internes avec Cebu Airlines au comptoir de l’aéroport, mais les vols qu’Antoine vient de trouver pendant ce temps sur internet via la wifi de l’aéroport restent moins chers avec Air Asia.

 

Une grosse galère pour pouvoir premièrement se connecter à internet, puis le paiement des billets qui échoue deux fois, la 3ème sera la bonne !  

Encore un hic, nous ne sommes pas dans le bon aéroport, l'heure commence à se rapprocher, nous prenons un taxi qui nous dépose au bon terminal de départ quelques kilomètres plus loin.

 

C'est un dans un minuscule aéroport que nous nous retrouvons.

 

Nous attendons notre heure de vol, mais finalement il va falloir attendre encore 1h30 de plus car l'avion est en retard, décidément dur dur le commencement aux Philippines !

 

Passé les 1h30 d'attente, nous embarquons dans l’avion direction l'île de Palawan. 

 

En atterrissant sur Puerto Princessa. Il fait nuit, nous sortons de l’aéroport, aussi petit que celui dans lequel nous avions embarqués. Le parking fait face à la forêt, ce qui nous change d’un coup de Manille !

 

Nous montons dans le « tuk tuk star wars » d’un papi qui nous dépose à l’hôtel.

 

Et oui, vous ne trouvez pas que les tuks tuks des Philippines ressemblent à des vaisseaux ?! 

Là non plus rien de très intéressant à faire ici, nous y restons seulement une nuit le temps de nous reposer, de ces longs trajets !

 

Et oui, depuis Phu Quoc au Vietnam, nous ne nous sommes pas vraiment reposés, et avons pas mal enchainés !

 

Un taxi, un ferry, un van, un bus, encore un van, un autre bus, un avion, une nuit sur les fauteuils de l'aéroport puis un deuxième avion, un bus, un métro, une nuit dans un hôtel de passe puis un taxi, un 3 ème avion et un tuk tuk star wars !

 

Demain nous partirons en van direction Port Barton !

 

C'est parti pour un mois aux Philippines !


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Vieuxtramp (mercredi, 31 janvier 2018 23:58)

    Très jolis récits et de superbes photos
    J'ai hâte de les voir en grand sur mon mac...
    Continuez bien...


Nous suivre en direct :

Découvrir le magazine :

Faire un don sur Tipeee :