En route pour le Myanmar !

(05/02/12)

 

C'est parti pour une série de trois avions !

Je dis au revoir à mes amis iraniens, je monte dans le taxi, on sort de la cour de la guesthouse, je regarde le balcon, ils sont là, à me faire coucou, je me dirige vers l'aéroport les larmes aux yeux .

En attendant mon avion, sous les tableaux des horaires de départ, je rencontre Zoé 18 ans, qui venait rendre visite à sa famille et qui rentrait chez elle aux USA .

 

Après avoir parlé ensemble, je monte dans l'avion direction Delhi, puis après plusieurs heures d'attente, avion direction Singapour. Je passe là aussi plusieurs heures à somnoler dans les fauteuils de l'aéroport en attendant mon dernier vol direction Yangon .

 

Ca y'est je survole les terres du Myanmar. En sortant dehors "wouha" il fait chaud !

La douane se passe sans problème, tampon sur le passeport, dernier contrôle, je monte dans un taxi, il est 18h lorsque j'arrive à l'hôtel.

 

Je m'asseois sur la terrasse de l'hôtel, face à la rue, regardant défiler ces nouveaux visages au grand sourire.

Je rencontre Solène et Elise, deux Françaises arrivées le même jour que moi à Yangon.

 

 

Le lendemain nous visitons Yangoon ensemble, arpentant les marchés où les femmes, assises par terre, ou derrière leurs petits stands, vendent des poissons (séchés ou non), toutes sortes de fruits, des tissus, des pièces de bricolages etc ...

 

 

 

Nous croisons un jeune avec un tee shirt "croix nazi" ! Les jeunes trouvent cette croix fashion .. D'ailleurs on en trouve même dans les marchés, ils les vendent comme n'importe quel tee shirt puisqu'ils ne connaissent pas sa signification. Le gouvernement limitant l'accès à l'histoire etc, ils ne connaissent même pas Hitler ... Par la suite, nous verrons d'autres tee shirts portant cette croix, avec en plus écrit en gros "Nazi" et "Hitler" !

 

Les hommes portent des longs longyi (jupes traditionelles souvent à carreaux), arrivant aux chevilles, ou en bas des genoux en fonction de la manière dont ils attachent ce tissu, sans ouverture, on rentre dedans comme dans un tube, puis il suffit de faire un simple noeud.

 

 

Les femmes et certains hommes s'appliquent du thanaka sur leur visage. Matière jaune provenant d'un certain arbre, protégeant la peau du soleil etc... Parfois elles ont seulement un trait de thanaka sous les yeux,

 

Dans les rues, pas de vache, pas de chien errant, pas de mendiant, pas de tas de déchet, cela repose de l'Inde et du Népal.

 

Nous visitons la paya sule, un temple bouddhiste faisant office de rond-point. Un très beau temple, dans lequel les gens viennent se recueillir. Tout est couleur dorée. Sous le bruit des cloches dans lesquelles les gens viennent cogner, nous faisons le tour de ce temple. Nous rencontrons deux vieilles dames fumant un gros cigare du Myanmar, que l'on trouve partout, roulé dans une feuille d'arbre.

 

 

Le soir dans la rue nous rencontrons 3 moines bouddhistes, des jeunes, dont deux avec qui nous sympathisons très vite.

Nous les appelons Kavy et Susu. Ils nous font visiter leur monastère dans lequel ils vivent, prennent des cours de méditation etc ...

Levé tous les jours à 4h, et couché à 10h30, ils n'ont pas le droit de manger après midi, ni de faire du sport ou encore jouer de la musique, danser etc ...

 

Nous buvons le thé tous ensemble, deux autres moines nous rejoignent. Nous parlons du Myanmar, de la France, etc... Le Myanmar est un pays qui croit énormément à l'astrologie, Kavy relève nos dates de naissance etc puis devine notre passé. Très impressionnant car il trouve des moments importants de notre vie avec l'année correspondante (décès d'un proche, voyage, accident etc ... et cela marche avec nous trois ! Il trouve l'année de décès de mon grand père, devine un long voyage lors de l'année que j'ai passé en Amérique Latine , l'année où j'ai arrêté de jouer au hand-ball etc...) . Ensuite c'est au tour de notre futur ... un moment magique ...

 

Nous nous retrouverons le lendemain matin. Je visite Yangoon, ville très agréable pour une capitale en compagnie de Solène, Elise, Kavy, Susu et un ami à eux . Ils nous font visiter plusieurs monastères. Endroits très calmes et paisibles. Leurs chambres se limitent à un lit pour chaque moine (planche en bois), une radio, hamac, et évidemment, un petit temple . Aucun luxe, rien de superficiel.

 

Les moines sont rois dans la rue, on les laisse passer, on leur laisse la place dans le bus, bref ils n'ont qu'à demander pour avoir !

Ils nous font visiter nombre de payas magnifiques, avec des énormes statues de bouddhas ( des dizaines de mètres, sachant que le petit doigt à lui seul fait 4 mètres !) .

Susu m'apprend les bases de la méditation, je m'éloigne du groupe, m'assois face au bouddha, parmi les locaux. Après m'avoir appris à contrôler ma respiration, et faire "le vide" je reste assis les yeux fermés pendant une bonne demi heure. Il me donne un premier exercice, qui consiste en quelques sortes à penser à des émotions fortes que j'ai pu avoir pour savoir qui je suis, et ce que je voulais devenir . Je repense alors à toutes ces images reçues en Inde : la faim, les familles vivant dans la rue, le travail infantil etc ... puis à mes conditions de vie en France. Je repense à tous ces gens qui m'ont offert sans recevoir dans ce voyage. J'entends un moine à côté de moi, qui semble presque possédé, marmonant des prières. Le moment est magique ... Susu revient et me demande à quoi je pense. Je lui explique, puis me répond "ce sont des belles images, avec tout ça, tu peux savoir qui tu es, continues et cherches ce que tu veux devenir, je te souhaite d'être heureux dans la vie mon ami je ne t'oublierai pas." Puis repart, les mains dans le dos, dans ses tissus bordeaux, marchant calmement autour du bouddha.

Je le regarde partir, laissant échapper quelques larmes face au bouddha .

 

 

Ensuite ils nous emmènent de l'autre côté de la rivière, visiter un petit coin bien typique. Nous goûtons quelques plats de rues typiques très gras mais très bons !

Ils nous apprennent quelques mots de la langue Birmane.

Nous nous amusons avec les appareils photos, nous chantons, etc ... Un moment de complicité avec ces moines qui nous offrent des moments de rêves !

Le soir nous retournons boire un thé, il fait nuit, il est temps de partir ... Tout le monde se regarde, un peu triste de se quitter.

Susu sort alors un carnet de sa poche, et nous fait lire une des pages :

 

"9-01-12 Lun

Je n'oublirai jamais cette date car j'ai rencontré des gens super venant de France.

Vous comptez pour moi et mes amis.

C'est la plus belle date de ma vie ."

 

Nous montons dans le taxi avec la gorge serrée direction la station de bus pour Mandalay .


Mandalay

(06/02/2012)

 

Arrivé à 6h,nous déposons nos sacs à l'hôtel puis visitons cette nouvelle ville . Atmosphère asiatique, nous prenons un taxi vélo (Solène assise sur le porte bagage du vélo, moi sur un fauteuil accroché à côté du chauffeur, Elise assise dans un autre fauteuil dos à moi) pour rendre visite à un moine ami de Kavy que nous avons appellé le midi depuis un restaurant pour le prévenir. Nous sommes très bien reçus dans ce nouveau monastère. On nous offre un cake dès notre arrivée !

 

Comme à chaque fois nous parlons foot : Zidane, Henry, Benzema, ils connaissent tous les joueurs Français et en sont fan !

Des petits moines au crâne rasé se marrent en nous regardant, et intrigués, me demande s'ils peuvent toucher mes cheveux ! Ils les touchent du bout des doigts. Assis sur un banc, entouré de 4 ou 5 petits, je joue avec eux.

Au milieu des éclats de rire de ces petits bouddhistes, je lève la tête pour regarder un vieillard assis pas très loin, il me fait un signe de tête, serein, accompagné d'un sourire.

Ici tout les birmans sont accros au Bétel ! Cet affreux mélange qui consiste d'emballer du tabac et des morceaux de noix de bétel dans une feuille de bétel tartinée de chaux. Une fois en bouche, il faut le garder longtemps, en machant, mais sans jamais avaler ! Il va alors se créer une masse de salive (rouge), que l'on doit cracher.

 

A la longue, leur dents deviennent rouges puis se noircissent ! Leur haleine est horrible, et l'on trouve des traces rouges partout sur le sol !

 

 

Même lorsque nous prenons le bus, ils en consomment, crachant dans des petits sacs plastiques !

 

Bref, vous avez compris que ce n'est pas ce qu'il y a de meilleur au monde, pourtant lorsqu'un moine m'en a proposé, j'ai quand même voulu essayer ...

 

Je regrette aussitôt, mais je tente de le garder dans la bouche ... jusqu'à ce qu'un haut le coeur me fasse cracher l'horreur. Le gout est fort, cela en met partout dans la bouche, bref, c'est fait, et ce n'est pas à refaire !

 

Le public moine a adoré ma prestation !

Le moine nous emmène visiter une classe dans le monastère. Super content, nous nous asseyons par terre, sous le tableau, face à une bonne vingtaine de jeunes moines ( 20 ans en moyenne) . Tous assis par terre, ils nous observent ! C'est un cours d'anglais. Après nous être présentés, le professeur nous demande si nous acceptons de parler en anglais avec eux pour qu'ils puissent mettre en pratique leur anglais puisque apparement ils sont du genre timide ! En effet, je me lance, j'ai une question en tête, je dois maintenant choisir l'élève à qui la poser . Pour les taquiner, je pointe mon doigt de droite à gauche dans la salle, toutes les têtes restent baissées ! C'est énorme comme ils sont timides ! Le prof' nous propose alors de nous séparer en trois groupes. Malgrès mon anglais vraiment nul, pouvoir me retrouver avec dix moines bouddhistes m'enchantent, sans réfléchir je dis "Oh Yes !!" . Mes deux amies Françaises ont l'air un peu moins enchanté mais rassurés, finalement nous passons chacun de notre côté de la classe, assis en rond, un énorme moment d'échange !

Lorsque nous quittons le monastère la nuit tombée, le moine nous offre un régiment de banane !

 


Lors d'une après midi visite de Mandalay, je m'arrête pour jouer avec 4 jeunes au football asiatique "chinlon". Tous en cercle nous nous faisons passer une petite balle en rotin tréssé. Le but est de faire de belles figures accompagnées de jongles . Encore un beau moment avec eux qui ne parlaient pas l'anglais, mais les échanges de sourires et rires suffisaient !

 

Il est 6hoo du matin, nous montons à l'arrière d'un pick up pour monter en haut de la colline de Mandalay d'où, dans le silence, nous regardons le soleil se lever derrière les montagnes.

 

 

 

 

Retour à l'hôtel pour le petit déjeuner, nous repartons pour visiter les alentours de Mandalay. Nous traversons des villages à l'atmosphère asiatique, les femmes dans les champs portent le chapeau poitu en paille, les rues sont ensablées, nous croisons des calèches.

Nous nous arrêtons boire un thé chez le frère du chauffeur, dans une maison sur piloti! Tout est en bambou, tout est tressé, j'adore le décor, avec ces birmans, qui nous offrent leurs plus beaux sourires !

Nous visitons un temple aux serpents, avec d'énormes statues de ce reptile. Je joue un petit temps avec des petits qui m'apprennent leurs manières de siffler . A l'entrée, un homme est assis avec un python. Il est possible de se joindre à lui pour le python.

 

 

A la sortie du temple, nous nous asseyons parmi un groupe de femmes, rigolant avec elles.

Les femmes m'ont trouvé une jeune de mon âge pour futur femme !

La fille est timide, alors je décide de prendre une photo avec elle.

Une femme me fait mettre un bras sur ses épaules. Immédiatement, tout le monde éclate de rire !

 

 

Nous passons dans une plaine où parmi les palmiers se dressent plein de petits temples à la pierre blanche, et aux sommets dorés. Nous déambulons parmi ces payas, et statues, cherchant et trouvant toujours une paya plus belle que les autres .

 

Nous montons des centaines de marches pour parvenir à un temple en haut d'une colline. Le temple en lui même n'est pas vraiment extraordinaire, mais la vue depuis le sommet est magnifique. Des collines verdoyantes à perte de vue. Ces collines sont envahies de payas dont seuls les sommets couleur or dépassent des arbres.

 

 

Pour finir la journée, nous allons voir le pont U Bein, le plus long pont en teck du monde . Un kilomètre et demi de bois ! Autour du pont, un lac, dans lequel pêcheurs, de l'eau jusqu'à la taille, trouvent leur bonheur. Des jeunes sautent depuis le pont dans l'eau . Des pirogues un peu partout se reflettent dans l'eau.

 

Les champs sont d'un vert pétant, sur ce pont marron, nous croisons les moines aux habits bordeaux .

 

Au pied du pont, près d'un champ, un groupe de jeunes, assis par terre autour d'une assiette de poissons, et d'un tas de bière jouent de la guitare . Je leur fais coucou, ils répondent avec un grand sourire, je leur fais signe pour savoir si je peux les rejoindre, ils nous disent oui !

Nous descendons alors sous le pont, admirer le coucher de soleil avec eux, sous la musique jouée par un jeune .

Le soleil devenu une boule orange descend tout doucement, laissant le paysage à contre jour. Les arbres morts, le pont, les pêcheurs ressortent noir dans un ciel orange.

Le pont s'étire de chaque côté, avec des piliers tous les trois mètres.

Le paysage est sublime, les touristes rentrent à l'hôtel, il ne reste plus que nous et les moines, traversant le pont .

 

Mandalay/Bagan en Bateau

(07/02/2012)

Il fait nuit, nous embarquons sur un bateau à double pont direction Bagan, en 17heures ...

Sur le pont supérieur, les touristes, assis sur des chaises. Sur le pont inférieur, les locaux assis par terre, près du moteur plus que bruyant. Nous décidons de nous asseoir sur le pont inférieur avec eux.

 

Avant que le soleil se lève il fait froid ... très froid. Cachés sous nos couettes, nous essayons de finir notre nuit.

Deux filles assises à côté de nous prêtent des bonnets et écharpes à Elise et Solène.

 

La brume se dégage, le soleil se lève, dévoilant des rives bordées de cocotiers.

Par ci par là, des barques, avec à leurs bords, un pêcheur. Assis parmi les sacs de bananes, de riz etc, les jeunes filles partagent avec nous leurs petit-déjeuner, déjà épicé malgrés l'heure !

 

 

A midi, le bateau marque une pause de ravitaillement. Des dizaines de femmes, les pieds dans l'eau portent toute sorte de fruits ou pâtisseries sur leurs têtes .

 

A peine le bateau arrivé, les femmes nous jettent leurs marchandises, crillant les prix ! On installe une planche entre le pont et la rive, les femmes montent sur le bateau à toute vitesse chercher leur argent .

 

Le bateau repart, les locaux ne nous lâcheront pas du regard, amusés de nous voir manger le riz avec les mains renversant la moitié par terre.

 

Ensuite c'est séance soin de beauté pour les filles qui avec les birmanes se coiffent, se maquillent... Elise et Solène sont fans de leurs longues chevelures, lisses. Les birmanes elles, admirent leurs peaux blanches !

 

 

Pendant ce temps, je regarde le paysage défilé lentement.
Finalement nous nous endormons sur le pont, et arriverons dans la nuit. Nous prenons une calèche à la recherche d'une guesthouse .


En retard sur mon site internet ...

Suite à une connection internet apocalyptique au Myanmar, j'ai pris un mois de retard dans mes récits . Etant arrivé à Bangkok, et partant bientôt pour le Cambodge, cela va être dur de tout mettre à jour, c'est pourquoi je vais désormais pour le Myanmar vous décrire seulement les grandes étapes, et je vous donner mon avis suite à ma question posée "Faut il aller au Myanmar ?"

 

Bonne lecture ...


La magie de Bagan

Bagan est un site merveilleux . Dans cette immense plaine, se dresse plus de temples que d'églises en territoire Français ... !

 

Nous décidons de visiter cette plaine durant toute une journée en calèche.

Dans le bruit des sabots de notre cheval, nous nous enfonçons sur des chemins de sable, parmi les temples de différentes tailles .

Le cadre est magique, les pierres des monuments sacrés marrons orangées par la lumière du soleil, parmi des arbres verts !

Parfois il est possible de monter en haut des temples. Offrant une vue inoubliable face à ces centaines de temples. Il y en a jusqu'à l'horizon. On ne sait plus où regarder !

 

 

Nous visitons plusieurs temples, abritant des statues de Bouddha, lieu sacré, pourtant, je me retrouve à faire une partie de foot asiatique avec un garde dans un de ces temples face à un Bouddha !

Nous rencontrons une femme qui toute fière décide de me mettre du Tanaka sur le visage ! Puis c'est le tour de Solène et Elise !

A la mode Birmane, nous voici tous les trois avec ces beaux traits couleur jaune sur le visage, ce qui fera rire les locaux, qui nous montrent du doigt lorsque l'on passe, accompagné d'un murmure "tanaka" ! Du style "Regardes des blancs avec du Tanaka !"

 

Je rencontre Nono, une Birmane de plus ou moins mon âge. Et oui, dur dur de donner un âge aux asiatiques !

Tout commence quand elle m'offre la moitié de sa mandarine.

Ensuite elle m'emmène en haut d'un temple inconnu des touristes offrant une vue splendide sur les sommets des pagodes dépassant les cocotiers !

Pour le coucher du soleil, nous allons nous asseoir en haut d'un des plus haut temple. Evidemment il y a plein de touristes, que des touristes, mais bon,j' essaye de m'asseoir loin d'eux, sur un pilier office de coin en haut du temple.

Vu le vide en dessous, personne ne viendra m'embêter !

Le soleil commence sa descente, faisant varier les couleurs de la plaine .

Les temples deviennent tout d'abord orange, avant de devenir noirs devant le soleil formant une grosse boule jaune orange à l'horizon... C'est juste magique, je rejoins Solène et Elise, musique dans les oreilles, captivés comme au cinéma, nous regardons le soleil disparaitre tout doucement, mais rapide à la fois .

Coucher de Soleil à Bagan
Coucher de Soleil à Bagan

Lac Inle, la Venise Asiatique .

(11/02/2012)

Lac Inle, c'est magnifique, c'est sur ! Mais c'est touristique, même un peu trop, et c'est dommage car cela empêche de profiter au maximum de cet endroit unique !

Il s'agit d'un énorme lac sur lequel sont installés des villages, avec maisons sur pilotis, jardins flottants etc ...

Nous partons donc une journée en barque, entre les roseaux, brisant les reflets des maisons sur pilotis parmi les pêcheurs.

 

Les pêcheurs du lac Inle ont une technique unique au monde pour ramer.

Debout à l'arrière de leur pirogue, en équilibre sur une jambe, ils enroulent leur deuxième jambe autour de la rame, et la font tourner en faisant des cercles.

Premier arrêt : visite d'un marché (sur terre, pas flottant) avec des vendeurs de fruits, de graines etc ...

 

Ensuite nous enchaînons les petits arrêts dans des fabriques de tissus, des fabriques d'ombrelles pour les nones, ou encore des fabriques de bijoux et de cigares birmans !

 

Petits ou énormes, les cigares peuvent être parfumés à la vanille, banane ...

Cinq femmes, toute la journée, roulent dans cette maison sur pilotis des centaines de cigares .

Notre pirogue s'arrête sur une île dans le but de visiter une paya .

Je décide d'aller visiter les quelques petites rues.

 

J'entends des cris d'enfants venant de l'école juste à côté. Je fais signe à Solène.  J'entre voir à l'intérieur de cette école de 5 classes. Construite en bois, en hauteur .

Dans cette école où tout est en bois, on ne peut pas vraiment dire que c'est calme.

Les enfants crient, courent partout, pendant que la maîtresse donne le sein à son bébé .

 

A mon arrivée, les enfants jouent les sérieux, assis, stylo à la main, ils travaillent ... mais pas pour longtemps !

En effet, au bout de cinq minutes, les sourires reviennent, ils se relèvent, viennent nous voir à la fenêtre ou à la porte, partent en douce de la classe, vont se cacher dans un coin et s'amusent avec un ballon de baudruche etc ... .

 

La prof n'a pas l'air d'être surprise, tout cela parait être normal ...

 

En plus c'est l'heure de la récréation, la prof tape des mains, et tous les petits courent dans le couloir mettre leurs petites tongues et viennent curieux, autour de nous .

Lorsque nous quittons l'école, une dizaine d'enfants dans les escaliers nous font coucou, s'amusant à imiter mes gestes !

Nous repartons sur notre pirogue en bois...

...en direction des femmes girafes, un peuple où les femmes s'allongent le cou à l'aide d'anneau autour du cou .

Déçu, nul, limite honteux et pitoyable. Dans une boutique souvenirs pour touristes, dans un coin, quatre femmes girafes (Deux grand mères et deux jeunes filles).

 

C'est clair et net, elles sont là pour le touriste qui naïf pense avoir rencontré un nouveau peuple. Le pire, c'est que deux d'entre elles sont assisent sur un banc toute la journée, pour que les touristes puissent s'asseoir à côté et prendre la photo  avec elles ... "Bêtes de foire Bonjour ! "

Non je ne dirai pas avoir vu des femmes girafes. Elles nous sont apportées, loin de leur peuple de leur culture etc ... Un gag, un élément de décor, un attrape touristes plutôt spécial ... Bref déçu, je ne suis pas resté longtemps .

 

 

Nous finissons par rentrer, sous un soleil couchant, croisant les dernières pirogues et leurs grands filets, traversant les derniers villages sur pilotis et leurs jardins flottants .

Un lac unique au monde ..
Un lac unique au monde ..

Passage à Yangon

(15/02/2012)

Nous repassons par Yangon, j'annule mon billet d'avion car je suis censé rentrer aujourd'hui mais le Myanmar est vraiment un très beau pays, je repousse ma date de départ, utilisant mon visa au maximum c'est à dire 28 jours .

 

Visite de la Paya shwedagon, l'une ou la plus belle du Myanmar dans laquelle je m'endors quelques heures !

 

Nous retrouvons nos amis moines dont Susu qui décide de partir dans le sud avec nous !

Voyager au Myanmar avec un moine bouddhiste .

Mawlanyine

(15/02/2012)

 

Et oui Sujata / Susu, jeune moine de 23 ans part avec nous visiter le sud du Myanmar .

Bon étant moine donc sans trop d'argent nous lui payons les repas, bus, et hôtel ...

En plus Susu est très agréable, drôle et souriant, on s'entend tous super bien, nous prenons le premier bus, de nuit, direction Mawlanyine .

L'océan est à quelques kilomètres d'ici. Je demande à Susu

-"As tu déjà vu la mer ?

- Dans les livres, mais jamais en vrai .

- Demain je t'emmène te baigner ça marche ?

- Je ne sais pas nager !

- C'est pas grave au pire tu restes les pieds au bord de l'eau,mais viens voir cette masse d'eau qui va jusqu'à l'horizon..!"

 

On prend alors un scooter taxi puis un bus et encore un scooter taxi, à trois sur la moto, derrière Susu et le conducteur .

Lorsque Susu voit la mer au bout de la route, il me regarde avec un énorme sourire et des yeux d'enfants. Il s'éclate dans l'eau, pas plus effrayé que ça !

Le soir il me dit : " Merci de m'avoir emmené à la mer " ...

Chaque soir, nous montions en haut d'une colline admirer le coucher de soleil, avec Susu fasciné par le spectacle, s'amusant à prendre des photos avec nos appareils.

Ensuite on se quittait, nous allant à l'hôtel, lui au monastère d'un ami à lui vivant ici.


Hpa-an

(15/02/2012)

Hpa-an et ses alentours, une région magnifique. Hpa-an ce sont des grottes qui font office de temples bouddhistes au sein de la vie rurale du Myanmar.

Nous décidons de louer un scooter pour se déplacer autour de Hpa-an, Elise conduit Solène, et moi je conduis le Moine !

 

Cette fois ce n'est pas un scooter comme au Népal, il faut passer les vitesses (inconnu pour moi). Susu monte derrière moi et me dit "I believe in YOU !".

Démarrage catastrophique ! Je pars comme une flèche, les jambes écartées, ne réussissant pas à freiner, au contraire j'accélère encore plus en passant ma vitesse, je manque de peu une voiture et un piéton avant de reprendre rapidement le contrôle du scoot'

Au final Susu prendra confiance en moi, même un peu trop, et ce moine qui part obligation religieuse n'a pas vraiment l'occasion de faire tout ce qu'il fait aujourd'hui, prend goût à la vitesse, me demandant :"Go go Antoine, go fast never down" me demandant d'aller toujours plus vite jusqu'à ce que le vent lui fasse perdre sa tunique de moine le laissant en short orange à l'arrière de mon scooter !

Nous visitons un bon nombre des grottes de Hpa-an, dans lesquelles reposent des statues de bouddha, de moines bouddhsites etc ...

 

Certaines de ces grottes peuvent être immenses avec des centaines de chauves souris .

 

A l'entrée de la grotte, des statues, des centaines de petits bouddhas colorés, incrustés dans la pierre donnant au final la forme d'un temple .

 

En rentrant nous nous arrêtons boire un verre sur le bord de la route. Petit à petit, une dizaine d'enfants sont venus nous voir, suivis de leur parents  avec qui nous allons passer un petit moment, le temps que chaque mère de famille nous présente sa famille .

Les petits jouent dans les vieux pneus de camions, ou courent avec leur pneu de vélo qu'ils poussent avec leur baton en bois .

Les mères sont assises pas loin pour les surveiller, assises sur un banc en bois qui tangue à chaque fois qu'elles se penchent en arrière pour rire de leurs enfants qui ont peur de me serrer la main .

Nous rentrons, avec Susu s'amusant à faire de moi un pilote, sous un beau coucher de soleil, nous obligeant à nous arrêter toutes les cinq minutes pour admirer la boule jaune devenant orange embrasser le sommet des arbres.


 

Durant une journée, nous visitons Hpa-An, longeant sa rivière, depuis laquelle nous entendons les enfants jouer nus dans l'eau surveillés par leurs mères se baignant en robe. Traversant les champs verts d'où dépasse de temps en temps une tête asiatique sous un chapeau pointu, se perdant entre les maisons sur pilotis.

 

A gauche la rivière, à droite les champs, parfois nous ne savons pas où est le chemin, débouchant en plein milieu d'un "jardin" d'une maison sur pilotis, passant entre les cochons, les poules, passant sous le préau de la maison, saluant les habitants comme si de rien n'était .

Nous quittons les champs, avec des chiens aux fesses rappellés par leurs maitres, croisant des paysans, aux regards plutôt étonnés, voyant dans ce coin perdu, trois blancs suivis d'un moine .

 

Nous débarquons alors dans un village de maisons sur pilotis. Tout est en bois, du linge sèche de partout, surpeuplé d'enfants, des vieux fument leurs cigares en bas des marches de leurs escaliers, des femmes lavent leurs enfants dans des bassines, un homme porte un gros tas de bois sur la tête, bref, cet endroit offre plein d'images d'un coup !

Deux jeunes organisent pour nous un combat de coqs. Ils excitent les coqs puis les posent au sol, dans un terrain vague, au milieu d'un cercle de locaux. Locaux qui même lors du combat, nous regardaient plus que les coqs !

Au bout d'un court moment, Susu et moi leur demandons de faire cesser le combat, que nous les remercions, mais que cela ne servait à rien de les laisser se blesser .

Bref ce village typique du Myanmar est splendide nous reviendrons une deuxième fois, tellement de beaux visages offrent des sourires !


Rocher d'or

(16/02/2012)

 

Dernière étape du Myanmar, Susu est rentré à Yangon avant de quitter Hpa-An, il avait une autorisation de 10 jours.

 

Nous sommes venus jusqu'ici en jeep pendant plusieurs heures, mais heureusement, j'ai réussi à m'installer sur le toit, et pouvoir m'allonger parmi nos sacs !

Donc dernière étape dans ce pays : Le Rocher D'Or !

Un  rocher recouvert de feuilles d'or que viennent coller les pélerins, moines bouddhistes etc ...

L'ambiance est plutôt paisible, je m'offre même une petite sieste, bien méritée, après une montée à pied de plus d'une heure pour arriver jusqu'au rocher .

En début d'après midi, les nuages qui cachaient la lumière laissent place au soleil qui rend le rocher or pétant dans un ciel bleu pétant !

Toute la journée, des pélerins viennent prier au pied du rocher chantant des chants religieux.

Nous avons croisé des touristes qui sont restés une demi heure / une heure, mais finalement nous avons pris notre temps, restant jusqu'à la fermeture, courant pour ne pas louper le dernier camion nous ramenant à la ville .

Pour le chemin du retour, histoire de retourner dans la ville où se trouve notre hôtel, nous montons dans un camion/jeep, parmi tout un groupe de locaux, qui en style vestimentaire, ont une serviette enroulée sur la tête.

Pendant le trajet, ils jouent de la musique, tout le monde chante, danse lorsque la route nous permet de nous mettre debout, surtout que le camion roule comme un fou, faisant crier, comme dans un manège, les passagers dans les descentes et virages.

 

Une fois arrivé, ils se mettent à re-jouer avec leur tam-tam etc, et c'est parti, tout le monde danse dans la rue, sous les étoiles du Myanmar, tapant des mains, chantant ... Une fois épuisé, au revoir tout le monde, photo de groupe, puis chacun part de son côté continuant à se lancer des signes de mains !


Aller, ou ne pas aller au Myanmar ?

(16/02/12)

Voilà, avant de partir au Myanmar je vous avais posé cette question : "Aller ou ne pas aller au Myanmar ?" après un mois passé dans ce pays, voici ma réponse  ...

 

réponse mise aussi parmis les pensées.

Faut-il ou non aller visiter le Myanmar ?

 

''Le Myanmar ? C'est où ça ?''

Beaucoup de monde ignore l'existence de ce pays, qui, il y a quelques années, avait le nom de Birmanie. C'est normal de ne pas vraiment connaître ce pays longtemps dirigé par l'une des pires dictatures, coupé du monde.

 

Le Myanmar étant dirigé par la junte militaire qui s'en met plein les poches, exploitant le peuple, on peut ne pas avoir envie de venir les enrichir encore plus. Dans ce pays, il y a pas mal de taxes d'entrée en ville ou prix d'entrée d'une visite pour les touristes. Argent qui va directement au gouvernement . Mais il y a moyen d'éviter cela, par exemple à Bagan, les touristes doivent payer 10$ pour pouvoir entrer dans la ville (de même pour Lac Inle 3$ etc ...), 10$ que nous n'avons pas payé, explications :

 

"Pour entrer dans la ville de Bagan, il faut payer 10$ ... 10$ qui iront dans la caisse du gouvernement. La calèche s'arrête au guichet à l'entrée de la ville. Je dis alors à la petite dame "S'il vous plait, il fait nuit, nous sortons du bateau nous sommes épuisés, il faut encore trouver un hôtel, est il possible de payer le ticket à l'hôtel ?" elle hésite puis accepte . En nous demandant avec insistance de lui promettre qu'on le payerai à l'hôtel . Arrivé à destination, aucun problème nous allons dormir sans que l'on nous demande de ticket.

Mais le deuxième soir la réception nous demande notre numéro de ticket ...

Je lui raconte alors que nous pensions que c'était inutile une fois rentré alors nous l'avons jeté à la poubelle .

Il ne nous croit pas évidemment... Je lui dis par hasard "je vous promets, le ticket est même blanc et de cette taille" (mimant avec mes mains). Par chance, c'est le cas !

Mais cela ne suffit pas à le convaincre . Il nous dit que nous allons avoir des problèmes, et nous menace d'appeller la police.

Je lui dis alors "Pas de soucis, appellez la police, et dites leur de vérifier la liste des entrées au nom de Muselle Antoine, ils vous confirmeront le fait que j'ai payé mon ticket!" .

L'homme commence à me croire ... l'affaire est presque close lorsqu'il me dit :

"-Viens avec moi on va vérifier ensemble !

- Quoi ? Maintenant ? Mais il est 20h ! Internet ferme dans une heure et je dois me connecter, c'est l'anniversaire de mon père aujourd'hui !"

 

Il nous laisse partir . Nous rentrons tard le soir, il dort. Il nous laissera finalement tranquille, et nous quittons Bagan sans payer les 10$ ."

 

 

De même, les visites touristiques comme les payas en particulier où il y a besoin d'un ticket d'entrée, il y a pratiquement à chaque fois un moyen de passer sans payer (entrée par derrière, feinte avec le guichet ...) .

Pareil pour les hotels, il y en a des non gouvernementaux. Niveau repas, manger dans les petits buis-buis dans la rue. Bref il existe des moyens pour éviter ou du moins limiter un maximum de donner de l'argent à la junte.

Message aux touristes qui voyagent ici pensant agir sans aider la junte, même vos bières que vous buvez chaque soir appartiennent au gouvernement !

 

De plus, trop de touristes vont provoquer la construction de nouveaux hôtels, routes etc ... Le gouvernement va donc encore une fois exploiter son peuple, envoyant femmes et enfants goudronner (dans des conditions affreuses : sans masque, les enfants avec du goudron sur eux etc ... ) nos futures routes.

 

Mais d'un autre côté ce pays est l'un des plus beaux que j'ai visité.

Ces paysages tout d'abord, avec des payas partout. Sur  tout le territoire birman on peut voir une pagode, c'est hallucinant. Les rizières sont vertes pétantes.

La religion, présente est importante dans ce pays bouddhiste, vous donne la possibilité de réfléchir, de se poser pas mal de questions etc ...

Un style de vie étonnant, comme si nous faisions un bon dans le passé.

Un peuple unique, inoubliable, le plus gentil, le plus serviable, le plus acceuillant que j'ai rencontré dans tous mes voyages !

Des sourires à tout va, tu en veux je t'en donne ! On se sent en sécurité. Plusieurs fois on laisser poser notre appareil photo sans vraiment le surveiller ni s'inquiéter !

Le peuple qui à lui tout seul rend le pays magique !

Les Birmanes sont les plus belles femmes du monde !

 

Bref je pense que c'est un pays qui mérite d'être visité. Un peuple qui mérite d'être connu de tous! Découvrir ce mode de vie, ces gens, et surtout ne pas les oublier.

Donc pour moi, "Faut-il aller au Myanmar ?" je réponds:

"Oui si vous êtes un touriste intelligent, c'est à dire, quelqu'un qui fera attention à ne pas trop donner au gouvernement, quelqu'un qui fera attention de ne pas trop influencer les habitants de ce pays 'conservé' qui a pour le moment encore ses cultures, leurs propres styles vestimentaires etc..." .

 

Je réponds "Non, au simple touriste, celui vous savez, qui voyage pour son 'compteur de pays' celui qui ne fera pas attention, qui donnera de l'argent à la junte, celui qui, en sortant son ordinateur dans chaque place publique, ou qui jouera de ces airs d'européens, influencera le peuple à s'occidentaliser." .

Honnêtement le tourisme de masse me fait très peur pour ce pays qui pour moi, est un des derniers pays 'authentique' .

 

Alors s'il vous plaît, si un jour il vous arrive de passer par le Myanmar, faites attention, pas à vous, car vous ne risquez rien, mais faites attention à eux, vos actes, et leurs effets ...

 

Et surtout, pour finir ce texte, s'il vous plaît, si un jour il vous arrive de passer par le Myanmar, donner leur des sourires à en avoir mal à la mâchoire, pour leur rendre tout ce qu'ils m'ont offert .

 

Merci au peuple du Myanmar.

 


Commentaires : 18
  • #18

    pierrick (vendredi, 24 août 2012 15:27)

    Superbe ton périple, bravo à toi !
    La svastika (croix nazi) est initialement un symbole de l'hindouisme.

  • #17

    Sandrine (mardi, 03 avril 2012 15:41)

    Je part dans 2 semaines pour la Burmanie. J'ai lu quelques blog pour m'informer, mais je dois avouer que le tien et celui qui m'a le plus émue, et m'a donné encore plus envie de partir.
    Tu es vraiment doué pour faire passer les emotions.
    Profites bien de la suite de tes voyages et merci

  • #16

    margot b.s (dimanche, 18 mars 2012 15:05)

    sa ne ta pas fait peur de tenir le serpent.

  • #15

    margot b.s (dimanche, 18 mars 2012 14:46)

    antoine le myammare c'est culture son manifique tu doit bien profiter et la au tu doit avoir chaut nous en hiver on a eu très frois.Tu a de la chance toi Antoine.BON COURAGE ANTOINE ET BONNE CHANCE.

  • #14

    Ludivine (dimanche, 26 février 2012 13:20)

    Antoooooine ! Ton carnet de voyage est magnifiquement bien écrit, on se sent avec toi c'est incroyable ! Certains passages m'ont mis les larmes aux yeux ! Ne t'arrêtes surtout pas, tu es en train de faire la chose que je rêve de faire et que je ferai (en temps que touriste intelligente ;) ) ! Mille fois merci pour toutes ces choses que tu nous transmets ! Bonne continuation man :)

  • #13

    Floquet margot (mercredi, 22 février 2012 10:41)

    C'est magique ce que tu vis ! Tu me fais rêver autant par tes photos que par tes aventures que je trouve épatantes !!! Bonne route Antoine :D

  • #12

    sylvain guenant (lundi, 20 février 2012 23:03)

    salut Antoine
    on vois que tu va bien et que tu est bien accompagner...
    première vente au boulot de tes achat en inde.
    les français sont radin et con
    amuse toi bien
    la famille guenant

  • #11

    Paul (samedi, 18 février 2012 22:30)

    Bravo pour ton voyage un de tes fan de Noumea j ai hâte que tu découvre Fidji

  • #10

    malou (samedi, 18 février 2012 08:52)

    tout est SUPER! tes photos superbes
    J'espère que tu en ferras un livre car tu as du talent!!!!!

  • #9

    monique zabek (samedi, 11 février 2012 13:27)

    Ton récit est très captivant (on s'imagine avec toi en Birmanie), je me suis régalée à parcourir ton séjour et à admirer les magnifiques photos jointes.Tu fais de belles rencontres sur le plan humain avec de beaux échanges de respect,d'amitié,et même d'admiration pour les différentes civilisations que tu découvres. Sois tout de même prudent mon Petit-Fils. Bisous Mamie

  • #8

    Muselle (samedi, 11 février 2012 13:08)

    Coucou vieuxtramp!
    Je me qualifie de voyageur, ou du moins, de touriste intelligent .
    La réponse à ma question arrive dés lorsque je fini le récit myanmar . Elle apparaitra sur la page "mes pensées" .

  • #7

    margot (vendredi, 10 février 2012 21:19)

    pour moi je suis d'accord mais sois prudent dans cette jungle bon courage quand tu ira au
    Myanmar a plus Antoines et bon courage.

  • #6

    Vieuxtramp (vendredi, 10 février 2012 13:34)

    Salut Antoine, génial ses photos, ça donne envie de partir... mais si on part il y aura encore plus de touristes... et tu seras encore plus déçu...
    Au fait comment te qualifies tu: touriste, touriste intelligent, voyageur, photographe, autre...
    Et surtout on attend ta réflexion, alors il fallait y aller ou pas???
    on attend d'autres pensées sur ta page spéciale pensée.
    En tout cas continu, on adore.................

  • #5

    vieuxtramp (vendredi, 27 janvier 2012 11:35)

    Entièrement d'accord avec toi Adeline, cette phrase résume tout...

  • #4

    Adeline Voyagesetc (jeudi, 26 janvier 2012 12:18)

    Je crois que cette phrase d'Aung San Suu Kyi est parlante : « Les voyageurs peuvent être utiles au pays. Tout dépend de ce qu’ils font et de la manière dont ils le font (…). Les touristes peuvent attirer l’attention du monde sur le peuple birman, de même que le peuple birman peut ouvrir les yeux des touristes sur la situation de leur propre pays, à condition qu’ils souhaitent la voir » Aung San Suu Kyi, 1995

  • #3

    maelaine (jeudi, 19 janvier 2012 17:35)

    sois quand même prudent

  • #2

    Jean-Marie (lundi, 16 janvier 2012 13:32)

    Salut Antoine et pour le Myanmar, aucun souci, le pays a très évolué au cours de ces dernières années et s'ouvre en grand au tourisme qui est devenue là-bas aussi une activité économique indispensable. Et tu vas faire un peu figure d'éclaireur puisqu'il faut bien le reconnaître, encore très peu de gens s'y aventurent.
    Allez, bonne route et tu me diras si tu as vu de beaux fossiles.
    Amitiés.
    Jean-Marie.

  • #1

    Christian FER (vendredi, 13 janvier 2012 16:54)

    Selon les informations actuellement diffusées par les médias français, le régime politique du pays serait entrain d'évoluer et on a même vu la prix Nobel de la paix intervenir pour exprimer son projet de briguer un poste de responsabilité.