L'île de Tioman

(02/05/2012)

Je prends un bus de nuit, direction Mersing, où se trouve le port pour l'île de Tioman, plus au Sud de la Malaisie.

Je dors lorsque le chauffeur du bus me réveille et me dit "Mersing, here !". Il est 4h du matin, je me retrouve dans une rue où il n'y a pas un chat. Heureusement, je trouve un restaurant matinale dans lequel je resterai jusqu'à 9h.

 

L'île de Tioman est moins paradisiaque que Redang. Pas de grande plage de sable blanc. Par contre, ce que j'ai trouvé de joli, c'est que cette île est une petite montagne en plein milieu de la mer, complètement recouverte d'une épaisse jungle. Du fait qu'il n'y a pas de plage, cela donne vraiment l'impression que la jungle se jette dans la mer qui comme à Redang est d'un bleu magnifique !

Dés le matin en arrivant, je rencontre une jeune Française avec qui je pars l'après midi faire du snorkling (masque tuba). Nous partons tous les deux sur un petit bateau, dont le chauffeur est plutôt étrange. En arrivant sur la première île qui elle, est magnifique, avec une petite plage de sable blanc entourée d'une jungle verte, l'homme nous dis "si vous voulez, j'ai une plage privé, je peux vous emmener la haut, et vous pouvez faire tout ce dont vous voulez, ne soyez pas génés, vous n'êtes pas les premiers." On lui explique alors que nous ne sommes pas ensemble, que nous nous sommes rencontrés à peine deux heures avant. Il continuera d'insister, en ajoutant que si nous voulons, on peut se baigner nu...

 

Nous faisons du snorkling à 3 spots différents. Nous voyons deux tortues, dont une qui m'a offert un super spectacle. Le fond est à quelques mètres, donc l'eau est très claire. J'appelle Camille et je lui dis "Camille il y a une tortue!" elle me demande "où?" je lui répond en rigolant "Juste sous tes pieds !" La tortue se met à nager doucement, nous nous mettons à la suivre, nageant juste au dessus. Nous nageons avec elle un petit moment, puis Camille part voir ailleurs.

 

Les tortues de mer, j'en suis tombé amoureux. J'adore les regarder nager tout doucement, avec leur taches comme une girafe sur la tête. La tortue remonte calmement jusqu'à la surface prendre de l'air, nous sommes à quelques centimètres puis elle redescent. Je prends ma respiration puis descends avec elle. Je tends lentement la main et la pose sur sa carapace. Elle ne dit rien, je remonte à la surface et la regarde partir puis se poser au fond.

Les tortues c'est vraiment le coup à s'éloigner, elles sont tellement belles, qu'on voudrait les suivre sans s'arrêter !

 

Le soir nous retrouvons un ami à elle, et allons nous asseoir dans un bar, les pieds dans le sable, face à la mer, regardant au loin les éclairs, partageant la soirée avec des locaux aux grands sourires .

Le lendemain, Camille et moi partons traverser l'île, faisant un treck (assez épuisant) dans la jungle. Nous avançons doucement dans la masse verte. Nous demandons parfois si le chemin est bon. Nous croisons plusieurs singes, et des insectes dont j'ignorais l'existence, comme cette sorte de lézard "volant" à la couleur des troncs, qui saute et plane d'un arbre à l'autre.

Nous n'avons pris qu'une seule bouteille d'eau et sommes partis à l'heure la plus chaude de la journée. Il fait chaud, très chaud. Mes vêtements sont tellement trempés que la sacoche de mon appareil photo qui pend le long de mon corps est totalement trempée elle aussi. En plus, lors d'une pause, j'oublie la bouteille d'eau en partant. Après trois heures de marche, après avoir traversé un champ de cocotier, et après avoir croisé un varan sur la route, nous arrivons sur la plage où nous courons directement dans l'eau.

Pour le chemin du retour nous prenons un taxi pour rentrer puis marchons encore 45 minutes pour revenir à nos bungalows.

 

Le lendemain, je prends mon ferry pour rentrer à Mersing. Demain j'ai mon avion pour Singapour, déjà fini la Malaisie. Comme pour me dire au revoir, alors que je marche sur la jetée pour monter sur le bateau, je vois dans l'eau une tortue.

 

J'arrive à Mersing à 19h. Je sais que demain j'ai un avion mais je ne sais pas à quelle heure je n'ai pas pris le temps d'imprimer mon billet. Je fonce à la station de bus. Tout les guichets sont fermés. Une femme me dit qu'un guichet vendant des tickets pour Singapour ré-ouvre à 20h. J'attends. 20h toujours fermé. Une allemande arrive et se trouve dans la même situation on lui a dit que le guichet ouvrait à 20h30. 20h30 toujours fermé. 20h45 une femme arrive. Je réserve mon ticket pour la premiere heure de demain, 8h.

 

Après une nuit dans une chambre d'hôtel assez simple, sur un matelas qui a des gros trous et qui forme un U lorsque l'on s'allonge dessus, je prends mon bus direction Singapour. On passe la frontiere, on change de bus j'arrive à Singapour, je trouve un taxi, me voilà à l'aéroport, il est midi, je demande au guichet à quelle heure est mon avion, 16h Nickel ! Direction l'Indonésie !

 

Redang, une île paradisiaque !

(02/05/2012)

 

Je prends un bus de nuit de Singapour pour aller en Malaisie.

 

La frontière est vite passée, le bus roule vite, très vite ça change du Laos !

 

Tôt le matin j'arrive à l'embarcadère du bateau qui va à l'île de Redang. Je retrouve Marion et ses parents.

 

Le bateau démarre,après une nuit de bus, je m'endors bercé par les vagues.

 

Après une bonne heure et demi, nous nous réveillons face à une île recouverte par la jungle avec une grande plage de sable blanc qui se jette dans une mer à l'eau incroyablement belle, bleue, parfaite, transparente. Derrière la plage, des cocotiers, et derrière ces cocotiers, quelques petits ressorts.

 

Les deux premières nuits, je dors sur le canapé dans la chambre de Marion. Les deux dernières nuits, je les passe dans une autre chambre, à étage, vue sur la mer !

 

La journée c'est baignade Impossible de s'en lasser ! L'eau est bleu cristal, transparente à 33°c le midi ! C'est calme, il suffit juste de faire la planche et se laisser bercer.

 

Quand ce n'est pas baignade, c'est snorkling. On part en bateau, puis, arrivé au spot, on enfile les masques tubas et palmes et plonge à l'eau.

 

Les fonds marins sont magnifiques. Du corail en masse, des anémones, et des poissons à n'en plus finir.

photo prise par la famille à Marion
photo prise par la famille à Marion

 

Je ne sais pas combien d'espèces, mais des couleurs de partout, des lèvres bleu, le contour de l'oeil jaune,des rayures rouges, bref des poissons que je ne m'attendais pas à voir.

 

Au fond, des raies posées sur le sable. Des bancs de petits poissons qui nagent tous dans la même direction.

 

J'adore observer les poissons clowns (nemo) au orange et blanc vif entrer et ressortir non stop dans leurs anémones violettes, sans jamais s'en éloigner. 

A cinq minutes de notre plage, un groupe de 15 bébés requins pointe noir nagent toujours au même endroit. Donc dès que je voulais les voir, il suffisait de nager cinq minutes pour me retrouver parmi ces 15 bébés, nageant à raz du sol doucement, par petit groupe de 4 ou 5.

 

Le dernier soir, un bébé s'avance vers moi et arrive à un mètre de ma palme, ça à beau être des bébés, ca fait comme drôle!

Marion me passe son appareil photo qui va dans l'eau, je me régale à les suivre, essayant toujours de m'approcher le plus possible avant qu'ils ne se sauvent.

photo prise par la famille à Marion
photo prise par la famille à Marion

 

Durant le séjour, nous avons vu plusieurs fois des tortues. La dernière était la plus belle. L'eau était limpide, les rayons du soleil entrait dans l'eau.

 

Une tortue en dessous de nous nage tout doucement au dessus des coraux. Nous la suivons. Paisible, elle avance, on dirait un oiseau volant dans l'eau.

Juste avant de voir cette tortue, nous avons vu un requin à pointe noir adulte. Celui ci impressionne déjà un petit peu plus que les bébés. Majestueusement, il fait un ou deux tours autour de nous, puis s'en va, jusqu'à ce qu'il devienne une ombre puis invisible.

 

Le staff étant ami avec la famille de Marion, le soir il nous invite à manger avec eux. Des plats locaux qui nous remplissait l'estomac, nous coinçant sur nos chaises. D'énormes poissons, du riz, du poulet, des fruits de mer, de la soupe, bref de quoi plutôt bien manger !

Ensuite nous sortions dans un bar sur la plage qui à de la musique. Nous jouons au cartes, nous allongeons dans les hamacs suspendus entre deux cocotiers face à la mer.

Bref le temps sur cette île passe incroyablement vite. Dans un décor de carte postale, je prends mon temps, profite, m'amuse avec le staf. Je me promène sur la plage.


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    margot b.s (samedi, 12 mai 2012 19:47)

    Antoine tu n'a pas eu peur de se gros lésard.

faire un don sur Tipee :