Corailview

(12/07/2012)

 

 

Cette île est la deuxième et dernière de mon séjour aux Fidji. Une île bien plus grande que la dernière sur laquelle j'ai passé trois nuits. Mais pas de chance, le temps n'était pas tip top pour faire du masque et tuba ou autre sortie.

 

Pas de pluie mais beaucoup de vent. Du coup les journées se passent dans les dortoirs, ou sur la plage principale à discuter avec les autres voyageurs.

 

 

Le staff ici aussi est super, je m'entends encore une fois super bien avec eux.

 

Malgré le fait qu'Antoine est difficile pour eux à prononcer, ils retiennent mon prénom.

 

 

Et à chaque repas je suis privilégié, les petites fidjiennes me proposant sans cesse "Antoine, more chicken ? Take some more rice !" .

 

C'est d'ailleurs l'équipe de l'île qui a rendu mon séjour sur cette île génial! Chemise à fleur et sourire toute la journée, ils sont toujours là pour prendre soin de vous, vous mettre une main sur l'épaule tout en disant "Bula!". Bula c'est le mot que vous utilisez à longueur de journée.

 

Cela veut dire Bonjour, mais aussi Bienvenue. Mais on peut l'utiliser pour tout, par exemple vous venez de terminer de manger, pour savoir s'ils peuvent reprendre votre assiette, il vous diront "Bula ?!".

 

 

Le soir, pendant que nous mangeons des plats succulents, à base de poisson, de poulet ou porc, avec toutes sortes de sauces et de légumes, l'équipe danse sur des musiques des îles. Portant l'habit traditionnel, les hommes dansent, simulant parfois des combats. Les femmes, avec une sorte de jupe faite en feuille de cocotier, font une danse des fesses/hanche, faisant tourner leurs bassins à une vitesse incroyable.

 

Nous assistons aussi à des démonstrations d'hommes qui dansent, machette à la main, la faisant tourner entre leurs doigts, la passant entre les jambes, sur la nuque ou la jetant en l'air.

 

 

Une fois le show et le repas terminé, c'est partie de jeu des îles comme ils dansent. Des danses sur les musiques Fidjiennes jusqu'au jeu un peu culcul du type vacance d'été au camping.

 

 

 

Mais bon, les fidjiens savent mettre l'ambiance et communiquer leur sourire donc tout le monde s'amuse .

 

 

 

De retour à Nadi après 5 heures de bateau, un peu triste d'avoir quitté tout le monde, j'entend "Oh Antoine, you come back to the mainland, are you leaving ? I'll miss you !"

 

C'était une femme de l'équipe de Beachcomber avec qui je m'entendais super bien ...

Beachcomber, la petite île !

(11/07/2012)

 

 

Le troisième jour, je pars en bateau pour aller passer quatre nuits sur une petite île grande comme un stade de foot, dont le tour se fait à pied en cinq minutes. La traversée dure une bonne demi heure.

 

Sur le chemin, nous voyons pleins d'îles plus ou moins grandes. Des îles de cocotiers entourées de petites plages de sable.

 

Nous passons devant des petites îles à la Robinson, comme sur une carte de pirate, juste un petit cercle de sable, rien de plus, au milieu de l'eau. Si on y ajoute un cocotier et une croix sur le sol, on s'y croirait !

 

Une fois sur l'île, il n'y a pas grand chose à faire, mis à part se relaxer, bronzer sur la plage... Au début je me demandais ce que je faisais ici, au milieu de tous ces vacanciers qui jouent au lézard sur la sable.

 

 

 

Mais après quelques jours, le temps de rencontrer quelques voyageurs et de devenir ami avec le Staff de l'ile, on prend plaisir à se détendre.

 

Comme à mon habitude, je deviens l'ami du barman, qui s'amuse à me voler ma casquette toutes les 5 minutes.

 

Les femmes de l'île me chouchoutent, l'une d'elles devient même ma mère Fidjienne qui fait attention à tout ce que je fais, qui fais gaffe à ce que je ne boive pas le soir, que je ne fréquente pas de filles de trop près etc...

 

 

 

Bref, une petite équipe bien marrante !

 

Mais mon moment préféré que j'attends dès que je me lève, c'est le coucher de soleil.

 

Tout les soirs, lorsque je vois que les couleurs deviennent plus chaudes, je vais de l'autre côté de l'île m'asseoir sur le sable ou sur un rocher pour regarder le soleil se coucher sans manquer une seule étape du spectacle.

 

 

Au début, lorsque le soleil commence à se faire bas, le soleil prend une petite teinte jaune orange, les feuilles des cocotiers deviennent plus vert, et le sable de la plage devient plus chaud, plus orangé!

 

 

Le soleil sort des nuages, et se rapproche tout doucement de l'horizon.

 

On a alors en face de nous, une énorme boule orange.

 

Complètement orange et non jaune, du coup on peut la fixer des yeux sans avoir mal!

 

Tout devient orange, sauf les nuages dont les contours prennent une couleur jaune.

 

Puis tout va très vite, la grosse boule orange se rapproche de l'horizon et il se passe la même chose que lorsque l'on a une goutte d'eau entre nos doigts. Le soleil semble toucher l'eau.

 

Le reflet du soleil sur la mer et s'éloigne et commence à s'effacer. Les couleurs sont à ce moment les plus chaudes.

 

 

Et, en quelques secondes, le soleil plonge derrière l'océan.

 

Puis commence la dernière étape, la lune se fait plus nette dans le ciel. Le tableau perd son teint orangé pour en obtenir un violacé.

 

 

Une petite brume légère s'installe, flottant au dessus de l'eau.

 

 

 

La lune flotte alors dans un ciel bleu, violet et rose, avant de se retrouver dans le noir, au milieu de milliers d'étoiles.

Soirée Fidjienne

(09/07/2012)

Pour ma première journée, je ne pas fait grand chose. Après avoir passé un mois en Nouvelle Zélande à dormir dans une voiture, j'ai pas mal profiter de ma première nuit dans un grand lit double et moelleux. J'ai ensuite fait quelques bricoles et tra-la-la et ma journée a finalement commencée le soir, lorsque je suis sorti m'asseoir sur la plage pour regarder le coucher du soleil.

Un coucher de soleil qui d'ailleurs était tout simplement magnifique. La mer était de celle dont on à l'impression que l'on peut marcher jusqu'à l'horizon avec de l'eau montant seulement au mollet.

 

Le ciel tout entier emportant les nuage avec lui devient orange. Le soleil colore les contours des nuages jaune. Son reflet traverse la mer jusqu'à la plage sur laquelle se casse de toutes petites vagues. Sur ce tableau traverse parfois des hommes en barques qui rament avec leur fines rames .

 

 

Une fois le soleil couché, je vais boire un coup au bar de l'hôtel où je rencontre un français. Le barman nous indique un endroit au coin de la rue où nous pouvons goûter à une boisson locale gratuitement.

 

Nous nous y rendons et nous asseyons dans le cercle, parmi les locaux et deux autres voyageurs. Ils sont tous là, avec leurs tatouages, leurs sortes de jupes à fleurs, jouant du ukulélé, de la guitare tout en chantant des chansons fidjiennes. Au milieu du cercle, un grand récipient contenant le Kava, la boisson locale. C'est une boisson que tout le monde boit ici dans des coupes de noix de coco, et qui soit disant relax le corps et détend les muscles avec 3 ou 4 coupes. Il n'y a aucun alcool ou drogues dedans (cette précision s'adresse surtout à mes parents...) il s'agit en fait de racines broyées en poudre que l'on mélange avec de l'eau. D'apparence, cela ressemble à de la boue, et de goût... pareil! On a vraiment l'impression de boire de la terre! Après 8 coupes de Kava, mon corps est finalement comme d'habitude... A la vue de mon short Bob Marley, les guitaristes se mettent à jouer des musiques de Marley à la sauce Fidjienne.

 

Une bonne petite soirée comme je les aime!

Arrivée aux Fidji !

(09/07/2012)

Je regarde par la fenêtre de l'avion, le ciel est bleu, puis d'un coup il est rose. Une séparation nette dans le ciel comme un trait séparant le ciel bleu du ciel rose se superposant. C'est comme si l'avion était une plage dans le ciel, et que la mer était bleue et le ciel rose.

Cinq minutes avant d'arriver, le ciel devient alors tout orange. Je sors de l'avion, il fait chaud! Ca change d'Auckland ce matin!

 

En entrant dans l'aéroport, trois hommes portant des chemises à fleurs jouent un air des iles, ukulélé, guitare etc... Au début la douane ne veut pas me laisser entrer car je ne sais pas où je loge ce soir, où je vais demain et que je n'ai pas non plus mon billet certifiant que je sortirai du territoire dans 12 jours. Finalement après avoir discuté, je passe sans problème.

 

Je vais alors dans une agence qui permet de réserver les traversées en bateau entre les îles et de réserver les hôtels. L'homme qui s'occupe de moi est super gentil. Il me met autour du cou un grand collier de bienvenue fait de coquillage. Il est pied nu, j'aime déjà cet endroit! Il me demande toujours quelle type de chambre je veux, et rigole à chaque fois que je lui réponds "la moins chère". Résultat, il a pitié de moi, et négocie toujours au téléphone avec les hôtels pour m'obtenir une chambre avec climatisation pour le prix d'une chambre avec ventilateur.

 

Une fois que tout est réservé, je monte dans un vieux taxi dont la portière a du mal à se fermer et les phares ont eux, du mal à éclairer. J'arrive à l'hotel sans voir une seule image des alentours, car il fait déjà nuit.

 

Une fois arrivé à l'hôtel, une femme m'attend à la porte pour me souhaiter la bienvenue. Alors que je me baisse pour chercher mon porte monnaie dans mon sac au guichet, un homme passe et me met une bonne tape dans le dos en me disant "Welcome in Fiji my friend !" .

 

Le réceptionniste super sympa me pose plein de questions. Je vais manger un coup au restaurant et me fait inviter à table par un local et un australien avec qui je passe la soirée!

 

Depuis mon arrivée à l'aéroport, tout le monde est fan de mes cheveux longs et mon short Bob Marley, apparement je suis fait pour être "un homme des îles comme eux!" .

 

 


Commentaires : 5
  • #5

    manon (samedi, 21 juillet 2012 14:11)

    Bonjour Antoine
    C'est un spectacle manifique .
    A bientôt
    MANON

  • #4

    Stéphan Zabek (mardi, 17 juillet 2012 11:51)

    Spectacle magnifique que ces couchers de soleil aux Fidji.
    Que se passe-t-il maintenant sur les traces de Bob Marley le métisse?
    Gros bisous de toute la famille réunit à Sanary autour de Mamie.
    Attention de ne pas "shooter le shérif"!!

  • #3

    rene madelaine (jeudi, 12 juillet 2012 08:35)

    trés beau reportage.continu à nous faire rêver.

  • #2

    Loann (mercredi, 11 juillet 2012 20:37)

    Trop de chance le fidji !!

  • #1

    ROLAND (lundi, 09 juillet 2012 03:16)

    Bravo pour ton "reportage", cela fait rêver .........
    Et merci !!!
    :-)

faire un don sur Tipee :