Fin d'Asie

(31/05/2012)

Demain, je quitte l'Indonésie pour la Nouvelle zélande. C'est à dire que ça y est, après exactement 7 mois je quitte l'Asie. Cela me fait plus bizarre que la moitié du voyage quand j'étais à 6 mois. Car ça représente la fin d'une grande partie de mon voyage...

Inde, Népal, Myanmar, Thailande, Cambodge, Laos, Malaisie, Indonésie... je me sentais vraiment bien en Asie. La mentalité asiatique me convenait, un petit air de naiveté, une petite touche infantile, une atmosphère de "no problem", qui font que les gens sont formidable.

Voyager en Asie,

- c'est ne pas avoir de montre. Les transports en commun sont soit en avance, soit en retard, mais jamais à l'heure. D'ailleurs, en France quand on arrive à un arrêt de bus, 2 minutes après l'horaire indiqué, on demande aux gens si le bus est passé. Ici, on commence à s'informer au bout de 3/4 d'heure.

- c'est abandonner l'idée d'avoir un jour une chambre nickel. Et oui, il y a toujours quelque chose, que ce soit insecte, chasse d'eau cassée, douche qui ne marche plus ou crache de l'eau marron, ou toute chose impossible dont on ne s'attend jamais.

- c'est rentrer dans sa salle de bain, ressortir, enfiler ces chaussures, et retourner dans la salle de bain pour chasser les cafards.

- c'est refuser des centaines de fois (je n'éxagère même pas !) toutes sortes de drogues dans la rue (Cannabis, Champignons, Cocaine, Opium).

-c'est refuser des milliers de fois des tuk tuk, moto taxi, bateau taxi, location de moto .

- c'est se forcer à boire de l'alcool offert par les locaux à n'importe quelle heure de la journée

- c'est découvrir la magie du restaurant local. Tomber sur un menu qui n'a aucune traduction des plats en notre alphabet, alors c'est pointer au hasard un plat (si la serveuse fait une tête bizarre c'est que vous avez commandé quelque chose qui n'est pas un plat, alors vous tentez autre chose). La "naïveté" qui se joint à "simplicité" que j'évoquais au début se retrouve au restaurant. Par exemple vous commandez un coca. Le serveur va vous demander si vous le préférez froid ou chaud. Alors on répond froid, mais le problème qu'il ne vous dit a pas dit, c'est qu'il n'y en a pas au frigo, alors il va vous le mettre maintenant, et attendre que le coca soit froid, c'est super gentil, mais quand on a un bus à prendre ou quoi que ce soit et que vous attendez 30 minutes que le coca soit froid... Mais c'est ça que j'adore dans la mentalité asiatique. Tout est simple, pas de problème, tu veux un coca frais? Ben pourquoi être pressé? On le met au frais! Je trouve ça énorme!

- c'est s'habituer à l'aventure des transports en commun. Même si c'est certains que vous êtes dans le bon bus ou train, au début on se demande toujours "est ce que je suis dans le bon buuuuus ?". Si on vous dit que le trajet dure 12 heures, par expérience dans votre tête la traduction se fait automatiquement passant à 15 heures. c'est se faire bousculer en montant dans le bus. Se retrouver avec une grand mère assise sur vos genoux, se retrouver avec quelqu'un qui vomit juste à côté de vous (les asiatiques sont très sensible en voiture), se retrouver à côté d'un fou pendant plusieurs heures qui vous offre toute une dizaine de mandarines dont vous ne savez même pas où les mettre mais il continue à vous en donner, puis il se met à couper une pomme et à la partager avec vous, puis une deuxieme, troisième pomme, mais même si vous êtes plein, vous ne pouvez pas refuser sinon il s'énerve, vous regardez autour de vous, les gens se marrent ou te font signe du style "fais gaffe il est fou". C'est aussi se retrouver assis sur un sac de légumes, le dos appuyé sur une boite de poisson.

- c'est ne plus être étonné par des trucs complètement dingue que l'on peut voir dans les rues asiatiques. Trouver normal de voir des gamins savant à peine marcher avec une machette à la main.

 

Comme c'est facile de voyager en Asie, le top est de faire comme je faisais à la fin, au Cambodge, Indonésie etc... n'avoir aucun itinéraire, tout faire au dernier moment, le jour où vous voulez partir, vous regardez pour où il y a un bus et vous le prenez, vous suivez d'autres routards, bref, improviser au maximum, et vous retrouvez parfois à un moment complètement à l'opposé de vos prévisions, ce qui rend votre voyage encore meilleur, se laisser aller en fait. C'est comme ça que je me suis retrouvé en Malaisie et Indonésie au lieu d'être en Australie ... .

 

Bref, l'Asie est une partie du monde exceptionnelle, un monde loin du notre, qui va me manquer .

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    stéphanie (jeudi, 31 mai 2012 11:36)

    merci pour cet article. Etant tombée amoureuse de Bali, quand je te lis, j'ai l'impression d'y être. Tu as très bien exprimé ce que l'on ressent quand on voyage en Asie. Cette partie du monde me manque chaque jour que dieu fait. Et je n'ai qu'une hate quand je ne suis pas la bas, y retourner. J'espère que ton voyage continuera de bien se passer, et que le retour ne sera pas trop dur. De toutes manières, on ne revient jamais complètement. Selamat Jalan Antoine.

  • #2

    Agathe (jeudi, 13 décembre 2012 12:34)

    Super chouette de voir ton tour en Asie . J'ai été en Inde, au Népal , en Chine et là je me prépare pour l'Indonésie. Je suis complètement tombée amoureuse de cette partie du monde . J'espère que la suite de ton voyage c'est aussi bien passé!

faire un don sur Tipee :