Oser partir


Alors voila, à force de sentir autour de moi le monde vouloir s'évader, partir découvrir le monde, mais rester bloquer, comme si une force invisible les empêchait de partir, je tiens à écrire cet article.

 

Vous connaissez le virus du voyage ?

 

Tu voyages et Bim t'as le virus du voyageur, tu peux plus t'en passer.

 

Au final vous savez pourquoi ?

 

Parce qu'une fois qu'on dépasse une peur, elle disparaît.

 

On peut donc reformuler l'expression du virus en disant qu' "une fois la peur de partir en voyage dépassée, tu n'as plus peur de partir".

 

Sachant que pour moi nous avons tous au fond de nous envie de voyager (et oui, dans le voyage on retrouve beaucoup d'intérêt comme l'histoire, la géographie, la musique, le sport, la nature, l'art, les animaux, la religion, le spirituel, la nourriture, la détente, l'adrénaline bref, à chacun sa voie), une fois le pas franchi, nous sommes tous destinés à vouloir passer notre vie à vagabonder.

 

C'est pourquoi j'ai voulu faire un article sur ce sujet.

 

Pour introduire, je vous propose de commencer avec un article que j'avais écris pendant le premier tour du monde après quelques mois de voyage.


Article de 2012

 

"Alors que je prenais ma douche, en criant "Je suis Heureux, Tu es Heureux Antooooine !" je repensais à une chose que pas mal de Français m'ont parlé ou me parle encore aujourd'hui par e-mail et qui ... me tue !

 

Parfois les gens (de tout âge) me demande : "Et dans la vie, tu veux faire quoi ?"

Je réponds alors "Voyager" . Et là attention, le truc qui me détruit, la personne me répond alors "Non mais, dans la vraie vie, à ton retour !" .

 

Qui a dit, ou alors où est ce que c'est écrit qu'il y a une VRAIE et une FAUSSE vie ? !!

Cela voudrait dire que voyager, n'est pas la vraie vie... mais attention, cela voudrait dire que la vie en "société Française" est la vraie vie .

 

En gros, pour schématiser, la vraie vie consiste à se lever le matin à 7h, et partir, le moral dans les chaussettes, au travail, s'enfermer pour 8 heures dans son bureau, à se prendre la tête sur les histoires, et commérages entre collègues, puis rentrer le soir, s'asseoir dans le canapé à regarder un jeu télévisé où des abrutis font les guignols pour gagner de l'argent, puis se coucher le soir en se disant "Rhoo non, demain c'est re-boulot ..." souvent suivis de "vivement ce week end" .

 

Et, la fausse vie, consisterai à se lever face à l'Himalaya, passer la journée avec des saddhus, découvrir, partager, le soir manger près d'un feu avec des routards, parlant de la vie etc... et se coucher en se disant "Whoua la journée de malade, qu'est ce qui va se passer demain ?" souvent suivi de "Quoi déjà le week end ? Ho non ça passe trop vite" .

 

J'aimerai que ces gens m'expliquent, où ils ont vu la signification de la vraie vie ... ou alors, sans critiquer aucun style de vie, de prendre un sac à dos, et voyager, même dans le pays juste à côté, ou dans la région d'à côté, mais se sentir libre, la tête tranquille, découvrir, partager, apprendre, s'ouvrir .. en gros, pas se contenter d'exister mais de vivre .

 

Prenez vos sacs, et partez !

 

D'ailleurs on me dit souvent, "un an, c'est long" ou alors qu'on n'a pas le temps, qu'en un an, on peut louper plein de choses, ou encore, que cela peut être négatif pour notre vie "dite vraie ..." bref, plein d'exemple comme ça.

 

Mais si on prend en compte le fait que l'on vit 70 ans, au final un an de voyage représente finalement que 1,4% de notre vie... Alors pourquoi pas tenter l'expérience?

Pour tous ceux qui me disent, qu'ils veulent partir, mais qu'ils n'osent pas ... pourquoi gâcher cette occasion . Vous vous rendez compte du fait que partir en voyage, transformerait votre vie noir et blanc en couleur ... Alors pourquoi hésitez vous ? Vous aviez peut être 0,1 % de chance de venir au monde, et pourtant vous êtes ce 0,1 % alors pourquoi gâcher cette chance de vivre, en passant votre vie dans votre canapé ou sur votre chaise de bureau ? Tant qu'à faire, autant vivre à 100%.

 

Moi je ne souhaite qu'une chose, c'est que tout le monde, au moins une seule fois dans sa vie, prenne son sac, et tente le coup. Sans parler d'un voyage d'un an, même un mois (0,12% de votre existence) et voyez après... mais essayez, c'est tellement magique, de se sentir vivre. "


 

5 ans après, ma vision de la vie, du voyage n’à pas changer. Mes convictions se sont mêmes renforcées.

La vie est si belle, si bien faite, qu’on ne peut la passer en se contentant de l’admirer, je veux la vivre.

 

Alors voila pourquoi je ressors cet article, depuis que je suis rentré en France, je raconte mes anecdotes de voyage, je parle de futurs projets de voyage, ces derniers temps du nouveau tour du monde qui arrive. Et quasiment à chaque fois, les gens me regardent avec des yeux qui brillent puis souvent disent « t’as de la chance » ou alors « t’as une bonne paire de c******s » ou pour finir « moi aussi j’aimerai trop faire ça ».

 

Le mieux c’est quand on me répond « Houa t’en a de la chance, moi aussi j’aimerai trop faire ça » puis après deux secondes de silence « t’as pas peur ».

Les trois en un.

 

Alors à ces trois en un je réponds que non, je n’ai pas de la chance, si demain je décide de ne plus bouger ce sera mon choix et mon acte face à ma prise de décision tout autant que si je partais ce n’est donc pas un facteur chance, si je pars c’est parce que je fais le choix de partir et le réalise.

Si demain il le voulait, il pourrait lui-même se donner la chance.

 

Je continue ensuite à répondre que si lui aussi il voulait partir alors qu’il parte, qu’il n’attende pas cette fameuse chance dont il parlait car elle ne tombera pas.

Donc si il veut réellement partir ou faire un voyage aussi, qu’il décide de réaliser cette envie, qu’il se propose à lui-même un projet de voyage et qu’il pose la première brique. Une fois lancé dans les préparatif d’un voyage, on part.

 

Enfin je lui réponds que s’il a peur c’est parce que son inconscient lui dit qu’il a peur pour combler le fait de ne pas oser à franchir le pas.

Je  demande alors qu’est ce qui fait peur ?

En général aucune peur concrète n’existe. 

Juste on n’ose pas se lancer.

  • Peur de l’avion ? Prenez le  train, la route, le bateau.
  • Peur de vous perdre ? Prenez un guide ou GPS.
  • Peur de ne pas trouver à manger ? Le capitalisme est partout aujourd’hui on trouve de quoi se nourrir partout. 
  • Peur de ne pas savoir communiquer ? 3 mots d’anglais suffisent pour survivre, vous n’avez pas besoin de faire de débat en voyage et votre anglais ne fera que s’améliorer mais vous vous ferez toujours comprendre.

 

Puis je réponds qu’une fois parti, une fois en voyage, la vie est belle, tout va bien et tout est simple.

Vivre une nouvelle journée est un bonheur.

Rien à voir avec le fait de se lever avec la boule au ventre du travail, déprimer dans les bouchons, travailler à contre cœur, supporter un train train ennuyant, presque agaçant.

Ou est le courage ? Qui est le plus courageux ? On me dit souvent que c’est moi, le voyageur.

Mais pour moi, c’est l’inverse. C’est le travailleur à base de 7h par jour dans sa routine qui lui demande chaque jour du courage.

 

Parfois on essaye alors de me sortir la carte de l’argent. Je m’empresse de lui demander de me raconter son train train de vie annuel en quelques phrases.

En général je peux alors lui répondre d’arrêter le restaurant par semaine, la soirée bar du vendredi qui finit en boite. D’arrêter les sorties Disney et Astérix. Que 5 tee shirt, 2 pantalons, 2 pulls et une paire de chaussure suffisent, pas la peine de fêter sa paie dans les fringues, même pendant les soldes, votre besoin de vêtements à l’année reste constant même si les prix baissent. Bref que s’il choisit comment dépenser son argent il pourra partir en voyage.

 

En général on finit par répondre « j’sais pas. Oui t’as raison mais bon. Toi t’es comme ça pas moi. »

 

On est tous pareil.

Tous capable de faire ce que nos ancêtres faisaient : le nomade.

Tous capable de profiter de la vie, de se laisser aller aux grès des évènements qu’elle nous offre.  

Tous capable et envieux de découvrir le monde, se sentir seul, se sentir petit de faire le globe trotteur sur cette énorme boule qu'est la Terre.

Tous capables de dormir dans plein d’endroit différents, de manger de la nourriture des quatre coins du monde.

Et surtout je pense qu’on le veut tous.

Il ne faut pas croire que l’Homme est né dans sa maison avec son emploi fixe et sa vie stable.

On s’adapte. Partout où l’on va.

Alors arrêtons de croire que c’est si dur, et passons le pas.

Namasté


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Aliceg (samedi, 11 mars 2017 01:00)

    Salut . Je me demande comment fait tu pour économiser pour an de tour du monde , et pour partir 1 an tu à kel budget ? Merci pour tes pensées cela me confirme ke je suis bien ds la génération Y bizou

  • #2

    Steeve (vendredi, 28 juillet 2017 23:47)

    Merci tu écris très bien et ta l'air pas mal songé on grandit beaucoup en voyage tu me redonne l'envie de partir! Y'a pas hasard dans la vie pour tomber sur un site comme le tien a ce moment dans ma vie!!

faire un don sur Tipee :