Je gagne quoi à voyager ?

Qu’est ce que le voyage ? Pourquoi voyager ?

 

On me demande souvent qu’est ce que je gagne à vouloir toujours voyager ?

 

Ben oui, pourquoi partir en voyage alors qu’on pourrait rester dans son canapé bien au chaud ? On y gagne quoi à voyager ?

 

Tout d’abord voyager, c’est se déconnecter.

Se déconnecter de notre train train quotidien. Ne plus sentir la pression du travail, du loyer….

Ne pas avoir à répondre à un coup de fil contraignant qui sonne sans prévenir. C’est ne pas stresser d’arriver en retard, de repenser à la date de chaque rendez vous. Ne pas se demander si on à répondu à michmich … Ne plus se sentir redevant. C’est se libérer, comme reprendre son souffle après être resté trop longtemps sous l’eau. C’est ne plus être joignable. Ne pas savoir quelle heure il est. Quel jour on est. Quelle est la météo de demain. Où je serai demain.

 

C’est sortir de sa routine.

Laisser le hasard faire. La vie nous guider. Les imprévus régler nos journées. Sans se soucier d’hier, d’aujourd’hui ou de demain. C’est faire ce qui se passe maintenant.

 

L’instant présent.

C’est quitter nos affaires, nos gadgets, nos cuisines équipées et notre confort.

 

C’est s’adapter, devoir improviser avec ce qu’on a ou ce qu’on trouve.

 

C’est se satisfaire d’un rien. Un rien mais qui nous rend tellement content. C’est aimer différemment.

 

Aimer chaque petit détail pour ce qu’il est. Comme un jeu de rôle à taille réelle.

 

Chaque chose à faire en voyage est vue comme une « petite mission positive ».

 

On se sent un comme Indiana Jones, un coup Mike Horn, un coup Mc Candless.

 

Vivre et voir comme un enfant.

 Voyager c’est gagner en fierté.

 

Pas en fierté narcissique, mais en satisfaction personnelle.

 

C’est être fier de soi même. Fier d’être arrivé là par soi même, fier de se débrouiller, de se déplacer librement avec nos si petits pieds sur cette si grosse planète Terre.

 

Le voyage étant fait d’imprévu et d’inconnu, on a à chaque fois à gérer de nouvelle situation.

 

Une fois réalisées, on est fier d’avoir fait ça de nous même.

 

A force de gérer de nouvelles situations, on gagne en confiance en soi. On se sent de plus en plus à l’aise, peu importe la situation on se dit que si on est arrivé là, on va y arriver de nouveau. Alors on se donne des défis plus forts, qu’on franchit à nouveau.

 

Alors le cercle recommence. On est de nouveau fier de soi même, on gagne encore plus de confiance en soi, alors la prochaine fois on osera encore plus. Ce qui offrira à chaque fois des expériences de voyage encore plus profondes.

 

Jusqu’à ce sentiment de liberté, de se sentir partout chez soi.

Face à ces nouvelles situations que nous devons gérer, on adopte de nouvelles réactions.

 

Ces nouvelles réactions dévoilent de nouveaux caractères et pensées alors inconnues.

 

On apprend à se découvrir au fur et à mesure.

 

On comprend alors qu’à se contenter de toujours les mêmes actions et expériences, on se limitait dans nos capacités et nos manières de voir les choses. On n’exprimait seulement une petite partie de nous, la plus grande restante incapable de s’exprimer.

 

On évolue, on se découvre petit à petit, voulant alors adapter notre vie au nouveau soi que l’on est devenu, on décide de nouveaux projets, de nouveaux changements et on adopte un nouveau comportement.

 

Alors on évolue, et notre vie évolue aussi.

 

Donnant à chaque fois une nouvelle impulsion. Encore une fois on tombe dans le joli cercle.

 

On murit, alors on agit, puis on murit à nouveau, alors on agit à nouveau.

 

Et ce cercle est accéléré par les rencontres que nous faisons pendant le voyage.

 

Chaque personne nous apporte ses expériences de voyage, nous partage les leçons que la vie lui a donné.

 

On découvre de nouvelles manières de pensées. D’autres visions de la vie, de la mort, de l’amour, des valeurs.

 

On apprend de tout ces gens.

 

Des pensées par ci, des pensées par là.

 

Alors au bout d’un moment nos pensées évoluent aussi.

 

Vient la remise en question, puis les nouvelles pensées que l’on veut approfondir.

 

Alors on apprend, pour comprendre. On grandit.

 

Voyager, c’est partir loin de ce qui nous étouffait. Se tenir debout face à l’étendue d’un océan bleu jusqu’à l’horizon.

Se tenir en haut d’une montagne imposante.

Se sentir tout petit dans ce si grand monde, face à cette force nature incroyable, mais surtout voyager, c’est partir au plus profond de soi même.

 

Namasté.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Boutry Valérie (lundi, 21 novembre 2016 20:02)

    Bravo je me suis dit en te lisant que même à 50 balais, étant née en 1966 et pas après 1993 :) je devais avoir ce petit bout d'Y au fond de moi !
    A 21 ans je suis partie aux USA pendant 18 mois, à l'époque sans internet etc...tu te coupais de tout , de ta famille de tes amis ....puis comme tout le monde je me suis mariée ai eu deux enfants (23 et 25 ...c'est drôle mon fils a ton âge ) une belle maison, une belle voiture lol....et pendant toutes ces années les voyages me manquaient tellement, en 2009 tout juste rescapée d'un cancer très grave j'ai failli tout quitter et partir faire le tour du monde et puis ...tu te retiens ...tu as deux enfants à l'époque de 15 et 17 ans et tu "te dois d'assurer" surtout quand tu es seule à porter beaucoup de choses ..depuis que j'ai tout envoyé valdinguer il y a 3 ans je me rattrape , je me demandais pourquoi j'avais cette frénésie des voyages et tu l'expliques exactement comme je le ressens, certaines philosophies de vie m'ont tellement apportée...notamment aux contacts des boudhistes....et la contemplation de cette mère nature si grande qui peut être effectivement tellement bénéfique pour te remettre à ta place , rester humble :)
    "ta 2ème vie commence quand tu réalises que tu n'en as qu'une " heureusement ça peut arriver à n'importe quel âge (surement parce que j'ai été très malade et que les pronostics n'étaient pas très bon) , je pense que je fais partie de la génération charnière qui n'a pas eu cette "révélation" à l'âge que tu as mais l'a eu plus tard, je suis heureuse car j'ai confiance en cette nouvelle génération dont tu fais partie, qui saura faire sauter les verrous de schémas dont il faut se défaire :) qui refusera de rentrer dans un moule, qui refusera de "remettre à plus tard' car on ne sait jamais s'il y a un plus tard dans notre vie, qui prend conscience de la valeur des échanges , qui est plus à même d'écouter et de comprendre d'autres formes de pensées , de façons de vivre, qui est plus ouvert, (surement dû au fait d'internet comme tu le précises, qui est davantage conscient de la chance qu'on a par rapport à d'autres peuples et qui remercie chaque jour plutôt que de se plaindre ) et qui de plus saura préserver notre planète ;)

faire un don sur Tipee :