Génération Y

La génération Y, un nouvel idéal de vie ?

 

J’ai regardé pas mal de reportages sur la génération Y, et lu quelques études sur cette génération, étant de 93 la génération dont je fais partie. Tout ça cogitait dans ma petite tête, jusqu’à cette conversation cet été avec ma grand-mère qui m’à confirmée quelques faits que j’ai envie de partager avec vous. J’annonçais à ma grand-mère notre départ avec Amandine en tour du monde à la fin de l’année. J’ai lu l’incompréhension sur son visage. Mais pas la même que pour le premier tour du monde. Son expression ne traduisait plus « Quelle est cette idée ? » mais désormais « Pourquoi se maintient il dans cette idée ? ».

 

Elle m’a alors posée la totalité des questions comme « tu ne veux pas Antoine te lancer enfin dans un métier », « tu ne mets pas d’argent de côté pour ton avenir ? », « A 24 ans tu n’auras pas de chez toi ? » « Quand tu rentrera tu sera toujours au même point de départ ? » « Tu ne veux pas faire comme tout le monde ? » « Tu penses pas devoir te créer une situation ? ».

 

J’ai alors sorti de nouveau le fait que tout cela ne m’aspirait pas, pour le moment je demandais à apprendre de la vie, à connaitre ce monde, à vivre des expériences, me créer des souvenirs et vivre de fortes émotions.

 

Mais cela ne suffisait pas, elle cherchait alors à comprendre mon raisonnement. Je voyais ma petite mamie perturbée, elle me demandait comment je voyais les choses sans comprendre. Je lui ai expliqué que tout ça était accentué par la différence de génération. Mais que le monde change, les mentalités aussi. Les objectifs et satisfactions également.

 

Je lui ai alors parlé de la génération Y. La génération qui à tout (accès facile à l’information) et rien connu. Génération qui n’a pas connue la guerre ni la crise. Qui est née dans une vie la plus stable qu’il puisse. Génération qui n’a vécue aucune expérience, ni rien vécu d’exceptionnel. Génération qui n’a pas crée son objectif de vie, mais qui la reçu sans grandes motivations. Génération qui à tout, mais qui ne vie rien.

 

La génération de ma grand-mère sortait de la guerre. Il était normal pour un couple d’avoir comme idéal de vie que de bâtir un chez soi et l’approvisionner. C’était l’objectif et nos grands parents faisaient tout pour. Ensuite nos parents sont arrivés. La société évoluant, le niveau de vie et mentalités aussi, le nouveau rêve de vie était désormais plus seulement de bâtir le foyer mais d’avoir une situation stable et d’accumuler du physique, de consommer. Je ressens pour ma part l’objectif de  vie qu'on nous donne, comme le fait d’avoir à construire un empire plus gros que celui du voison.  Nous, nous sommes nés dans ce rêve de vie atteint. Depuis qu’on est gamin on nous dit qu’il va falloir choisir une branche d’étude pour se spécialiser dans une branche dans laquelle on travaillera toute notre vie. Qu’il faudra donner de nous-mêmes pour évoluer dans le métier. Acheter une maison avec grand jardin. Décorer notre maison à la manière Déco et compagnie. Bref, une vie de travail pour avoir le droit de consommer le soir en sortant du boulot. Mais pourquoi nous battre toute notre vie pour un stade de vie dans lequel nous sommes nés et rester toujours dans le même. Nous sommes une génération lassée de cette vie, voulant vivre notre part d’expérience, vivre notre rêve. La génération qui se demande pourquoi elle ne peut pas vivre quelque chose de nouveau ?

 

C’est marrant je viens de demander « pourquoi ? ». On dit aussi de la génération Y, la génération « Why ? » la génération « Pourquoi ? ». Les études révèlent que la génération Y à tendance à vouloir comprendre. A vouloir savoir pourquoi ? A l’école, pourquoi j’apprends tel sujet ? Au travail, pourquoi je dois faire ça ? Nous sommes là, à toujours demander pourquoi, à toujours nous questionner, à remettre les choses en cause.

 

Nous cherchons à comprendre. Depuis tout petit, à l’école on nous apprend de tout et de rien. On parle de pleins de choses, on étudie pleins de faits mais sans savoir pourquoi. Nous sommes une génération née dans l’internet. Internet, l’ouverture sur le monde. Voir ce qu’on ne pourra voir autrement.  La curiosité. Nous voulons savoir pourquoi tout ça ? Pourquoi la vie ? Pourquoi Moi ? Nous ne sommes pas satisfaits par les réponses qui nous sont données.

 

La génération Y est née dans de nouvelles valeurs, comme l’écologie, le partage et l’égalité des peuples. Nous aspirons à de nouvelles manières de vivre nos vies. Nous voulons du changement. Nous sommes une génération qui adopte et se lasse vite. En changement perpétuel. Besoin toujours de vivre quelque chose de plus. Nous voulons profiter de la vie, l’alimenter de nouveau, d’imprévu, d’adrénaline,  de sensations et d’émotions.

 

Nous avons besoin d’évasion. De s’évader de cette vie stérile qui petit à petit nous zombifie et nous fait oublier nos rêves. La preuve, de plus en plus de jeune s’évadent dans le monde virtuel avec les jeux vidéos. D’autres passent leur temps à s’évader sur le net, à travers photos, reportages vidéos … Nous cherchons l’expérience de vie et avons compris qu’elle ne viendra jamais d’elle-même, alors nous partons la chercher nous même. En plus de cela, nous vivons en France, dans un système de plus en plus lourd à vivre tout les jours, toujours plus réprimandé , surveillé. De plus en plus de normes. On code de plus en plus la vie, donnant la sensation d’être enfermé. Besoin de s’enfuir et retrouver sa liberté. Voila pourquoi aujourd'hui les jeunes ne rêvent plus de s'acheter une grande maison et une belle voiture, et préfèrent utiliser son argent pour des expériences qui leur apporteront des sensations et émotions. Des souvenirs de vie.

 

C’est comme ça, que j’expliquais à ma grand-mère que petit à petit, la génération Y partait de plus en plus en voyage. Que chez les jeunes d’aujourd’hui le « rêve de vie » est en train de changer, et que notre nouvel idéal était « vivre un maximum d’expérience au jour le jour ».

Nasmasté

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Michmich (vendredi, 18 novembre 2016 19:03)

    Quand tu rentres du travail, que tu penses te faire de fraîches vacances l'année d'après, que tu lis tout ça et que tu as cette envie de tout plaquer et vivre. Merci aux personnes qui comme toi nous rappelle ce que c'est réellement de vivre !

  • #2

    Enquetedesens@outlook.fr (dimanche, 20 novembre 2016 15:27)

    Merci pour ce partage d'expérience, je suis de la génération précédente 1983 et totalement d'accord avec toi, depuis toujours je suis perpétuellement en balance entre d'un côté cette recherche d'aventure de vie' et de l'autre la stabilité de vie, je travaille pour voyager, un jour j'espère basculer dans le voyage continue pendant au moins 2-3 ans, l'expérience de vie doit être complètement différente.
    Cordialement Stéphanie Chantry

  • #3

    Frankito (mercredi, 23 novembre 2016 23:18)

    J'ai bouclé aussi mon second tour du monde, et j'ai aussi affronté le regard désabusé de mon entourage. Si j'avais fait ce texte, je n'aurais pas changé une virgule, merci !

  • #4

    frank (jeudi, 24 novembre 2016 15:11)

    Je trouve ce texte superbe! Beaucoup de vérité s'y trouve à l'intérieur. Par contre je remarque que beaucoup de gens vois le fait de travailler comme de l'esclavage, pourquoi les gens ne font pas ou ne cherche pas un travail qui les passionne qui les fait vivre toutes ces expériences rien de mieux que d'être payé pour faire ce qu'on adore tant qu'a ne pas se faire payer pour ce qu'on aime. je trouve parfois la vision des gens qui veulent tout quitter comme des gens qui sont tellement craintif de sortir de leur zone de confort un peu trop extrémiste. Au fond le but c'Est juste d'être heureux et de comprendre comment l'être.